Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Covid-19 : les recettes du succès ivoirien à Abidjan
Covid-19 - les recettes du succès ivoirien à Abidjan

Relativement épargné par la pandémie de coronavirus, le pays d’Afrique de l’Ouest doit sa résilience à la réactivité des autorités publiques. Sous couvre-feu depuis presque deux mois, les habitants d’Abidjan redécouvrent progressivement leurs habitudes pré-crise sanitaire. La vigilance reste cependant de mise, comme le leur a rappelé leur président, Alassane Ouattara.

 

Fin du couvre-feu à Abidjan : au terme de presque deux mois de restrictions diverses et variées, la capitale économique de la Côte d’Ivoire et ses plus de cinq millions d’habitants respirent à nouveau. La levée partielle des mesures destinées à lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19 a été décidée à l’issue d’un conseil national de sécurité tenu le vendredi 15 mai. Présidée par le chef de l’État, Alassane Ouattara, l’instance a notamment décidé de la réouverture – à la stricte condition de l’observance des gestes barrières et de distanciation sociale – des célèbres « maquis », ces bars-restaurants de nuit, très prisés des Abidjanais et gros pourvoyeurs d’emplois.

 

Les écoles, collèges et lycées demeureront fermés jusqu’au 25 mai. Les cinémas, boîtes de nuit et autres lieux de spectacle ne rouvriront quant à eux que le 31 mai, date jusqu’à laquelle les frontières du pays resteront closes et la région d’Abidjan isolée du reste du pays. Enfin, les rassemblements de population sont limités à 200 personnes et soumis, eux aussi, au respect des mesures de distanciation. Autant de mesures destinées à circonscrire l’épidémie au territoire abidjanais, la mégalopole concentrant la quasi-totalité (98%) des cas recensés de coronavirus au sein de la Côte d’Ivoire, pays qui n’a déclaré pour l’heure qu’un peu moins de 2 000 patients infectés, et seulement 24 décès à la date du 15 mai.

 

Les raisons de la résilience ivoirienne

 

« C’est une goutte d’eau au regard des 25 millions d’habitants », se félicite dans les pages de L’Express le docteur Jean-Marie Vianny Yameogo, représentant de l’OMS en Côte d’Ivoire : « ici comme dans le reste de l’Afrique, l’hécatombe annoncée n’a pas eu lieu ». Comment expliquer la relative résilience ivoirienne face à la pandémie ? Le climat tropical, peu favorable à la propagation du virus, la jeunesse de la population – la moitié des Ivoiriens a moins de 20 ans – et l’immunité théorique des personnes habituées à lutter contre le paludisme, sont autant de raisons avancées par les scientifiques. Mais elles pèsent peu au regard de la rapidité et de l’ampleur de la réaction des autorités ivoiriennes, qui ont, sans doute, permis de sauver de nombreuses vies.

 

À la différence de la France, qui a attendu plus de 50 jours pour fermer ses frontières, la Côte d’Ivoire s’est en effet barricadée à peine 10 jours après la découverte du premier cas de Covid-19 sur son territoire. Ensuite, et alors que le pays ne compte qu’une centaine de respirateurs artificiels, « la prévention et l’isolement systématique des cas suspects ont été nos armes majeures pour compenser nos moyens hospitaliers limités », estime, toujours dans L’Express, Daouda Coulibaly, le directeur adjoint de l’Institut national d’hygiène publique. Enfin et surtout, c’est à la réactivité des pouvoirs publics ivoiriens que le pays doit sa résistance.

 

La réponse ambitieuse du gouvernement ivoirien

 

Dès le 23 mars, Alassane Ouattara a fait adopter un ambitieux « plan de riposte sanitaire », instaurant le couvre-feu, l’interdiction des voyages de personnes depuis et vers Abidjan et débloquant près de 100 milliards de francs CFA pour lutter contre la pandémie. Mis en œuvre par le gouvernement du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, ce train de mesures a notamment permis la commande de matériel médical et de médicaments, tout en renforçant la capacité de test et d’analyse des laboratoires ivoiriens et en accroissant les capacités d’accueil des hôpitaux et structure de soin du pays.

 

Ce plan de riposte sanitaire a été doublé d’un « plan de soutien économique, social et humanitaire » provisionné à hauteur de 1 700 milliards de francs CFA. Parmi les mesures décidées figurent notamment le report des impôts et taxes pour les entreprises, la levée d’un fonds de solidarité de 250 milliards de francs CFA, la mise à disposition d’une somme équivalente à destination des principales filières agricoles du pays (cacao, coton, etc.) ou encore le versement d’aides financières aux Ivoiriens les plus défavorisés. Une prime exceptionnelle a également été décidée en faveur des agents publics des secteurs de la santé, de la sécurité et de la défense.

 

« Notre stratégie fonctionne »

 

« Notre stratégie fonctionne » s’est, légitimement, réjoui le président ivoirien le 7 mai dernier, Alassane Ouattara insistant cependant sur la nécessité, pour ses compatriotes, de maintenir toute leur « vigilance ». Signe que l’amélioration est palpable, les lieux de culte – les mosquées, principalement, dans ce pays à majorité musulmane – ont à leur tour rouvert leurs portes à la mi-mai. Avec pour consigne, une fois encore, de respecter gestes barrières et distanciation physique, chaque croyant étant invité à se munir d’un masque et de son propre tapis de prière.

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Comme cela était attendu, le président sortant Alpha Condé a annoncé sa candidature à sa propre succession, après avoir fait modifier la Constitution guinéenne pour lui permettre de briguer un troisième mandat. Boycotté par l’opposition, le referendum a accouché d’un texte très controversé, menaçant d’attiser les tensions à l’approche du...
Alors que notre pays traverse une grave crise sociopolitique et que la tentative de médiation sous-régionale de la CEDEAO n’a fait qu’accroître le mécontentement de l’opposition envers le Président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), les rumeurs et fausses informations prolifèrent sur la toile. Le fils du président, Karim Keïta, fait les...
Alors qu'Isatu Touray, vice-présidente gambienne, souffre désormais du nouveau coronavirus, le chef d'Etat, Adama Barrow, a choisi mercredi 29 juillet de se mettre en quarantaine; Les mesures sanitaires liées au Covid-19 l'imposant en toute logique. "M. Barrow sera en isolement pour deux semaines", a confirmé le même jour sur Twitter...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter