Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sierra Leone : suspension des activités de SL Mining dans la mine de fer Marampa

SL Mining, filiale du groupe américain Gerald Group stoppe ses activités d’extraction du minerai de fer en Sierra Leone.

 Le gouvernement a décidé d’annuler ou de suspendre les licences de plusieurs grands projets miniers, y compris celui de Marampa. Par conséquent, la décision de suspendre les activités de SLMining devrait être effective la semaine prochaine.

Ainsi l’opérateur américain a cédé à la pression des autorités de Monrovia. Et SL Mining, filiale du groupe américain Gerald Group, a décidé le 20 septembre de suspendre ses activités d’extraction du minerai de fer en Sierra Leone. L’entreprise ne fait que se comporter conformément aux décisions des autorités de tutelle notifiant l’arrêt immédiat des exportations de la production de la mine Marampa exploitée par SL Mining.

C’est l’épilogue d’un conflit récent alors que SL Mining contestait les déclaratiosn été allégations du gouvernement. La compagnie minière avait cependant sollicité l’arbitrage d’un tribunal international pour contester les dires du gouvernement. Le gouvernement de Sierra-Leone avait agi ainsi pris en fondant sa décision sur le non-respect des cahiers de charges et du non-versement de la redevance.

Dont acte, SL Mining en fermant ses activités marque le refus de dialogue de la part de l’Etat. Conséquence immédiate : la fermeture engendre la suppression de 1000 emplois. SL Mining n’est pas le seul opérateur concerné. En effet le gouvernement Sierra Léonais a, depuis quelques mois, initié un programme de révision de la conformité des entreprises minières aux normes locales. Cela abouti dés le mois d’août à l’annulation ou la suspension des licences de plusieurs grands projets miniers. Au nombre desquels on retrouve les mines de fer de Tonkolili et de Marampa.

Le groupe américain n’est pas le seul opérateur concerné. Ainsi le groupe chinois Shandong Iron and Steel, l’une des principales entreprises présentes en Sierra Leone s’est vu annuler ses licences.

En janvier 2019, l’avant-projet du code minier mettait l’accent sur l’éthique et la gouvernance dans le secteur ainsi que sur les codes qui régissent les droits des actionnaires et investisseurs. Le code encadre également la nomination des CEO et les termes de leurs contrats, ainsi que différents aspects comme l’encadrement du fonctionnement des entreprises familiales.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter