Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina et nouvelle constitution : Roch Kaboré choisit la voie référendaire  

Le président du Burkina Faso privilégie l’adoption de la nouvelle constitution par l’entremise de la voie plutôt que la voie parlementaire. Ainsi Roch Kaboré souhaite solliciter le peuple pour plus de légitimité à la future V République.

Le président de la commission constitutionnelle, Halidou Ouédraogo, s’est exprimé à l’issue de l’entretien qu’il a eu avec Roch Marc Christian Kaboré, le chef de l’Etat, le jeudi 14 mars au Palais de Kosyam. Halidou Ouédraogo a ainsi déclaré que «toute décision doit être précédée de discussions et d’échanges. Le président a assuré qu’il est en train de procéder à cet exercice et en temps opportun, la réponse viendra et sera portée à la population». Et ce afin d’identifier les modalités d’adoption de la nouvelle constitution.

Le bureau de la Commission a remis au président Kaboré le rapport de travail de la session extraordinaire tenue en janvier dernier. Halidou Ouédraogo a alors précisé : «il était donc normal pour lui, de passer de temps en temps pour s’enquérir de l’évolution du processus». Si la voie référendaire est à ce jour privilégiée, la date de la consultation quand à elle n’a pas encore été fixée.

Le président de la commission de réforme de la constitution indique que «la date du référendum importe peu, pourvu qu’il se tienne dans les normes, dans le cadre de nos lois constitutionnelles et qu’il ne remette pas en cause un aspect ou un autre». La voie parlementaire a été un temps envisagée dans le cadre de l’initiative de réforme constitutionnelle lancée par le président Roch Kaboré.

Même si celle-ci est moins coûteuse que la voie référendaire ; le référendum présente l’avantage de confirmer la légitimité des futures institutions nationales. Le président du Burkina Faso aura l’opportunité lors de cette séquence politique de jauger sa popularité. Et ce alors même qu’il souhaite se présenter pour un second mandat.

Avec la fixation de la date du referendum c’est une séquence politique longue et cruciale qui trouve un terme. Le projet de la nouvelle constitution avait été transmis au président Kaboré le 28 décembre 2017. Pour memo ce sont 92 membres de la Commission constitutionnelle, qui travaillent sur la nouvelle Constitution. Il travaillent sur le passage du pays à la Ve République et sont installés depuis septembre 2016 à Ouagadougou.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 Le Niger a l’ambition de devenir un des plus grands pays producteurs de pétrole en Afrique à partir de 2025. Pour ce faire, le pays devra cependant répondre aux questions posées sur sa politique environnementale liée aux industries extractives locales.  Le Niger souhaite se développer à grands pas dans le...
 La 100ème session du conseil international du cacao s'est tenue le 10 septembre 2019 à Abidjan, sous la présidence du vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan.  Au cours de cette rencontre, l’organisation internationale du cacao (ICCO) a fustigé «  un scandale  » concernant le revenu des producteurs de cette matière première...
Afin de réduire sa dépendance aux hydrocarbures, le Nigeria va promulguer une loi révisant à la hausse le taux de la TVA. Le projet de loi bien que controversé devrait améliorer les recettes fiscales et diminuer la part de la rente pétrolière dans le budget de l’Etat.  Le Nigeria est...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter