Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina et nouvelle constitution : Roch Kaboré choisit la voie référendaire  

Le président du Burkina Faso privilégie l’adoption de la nouvelle constitution par l’entremise de la voie plutôt que la voie parlementaire. Ainsi Roch Kaboré souhaite solliciter le peuple pour plus de légitimité à la future V République.

Le président de la commission constitutionnelle, Halidou Ouédraogo, s’est exprimé à l’issue de l’entretien qu’il a eu avec Roch Marc Christian Kaboré, le chef de l’Etat, le jeudi 14 mars au Palais de Kosyam. Halidou Ouédraogo a ainsi déclaré que «toute décision doit être précédée de discussions et d’échanges. Le président a assuré qu’il est en train de procéder à cet exercice et en temps opportun, la réponse viendra et sera portée à la population». Et ce afin d’identifier les modalités d’adoption de la nouvelle constitution.

Le bureau de la Commission a remis au président Kaboré le rapport de travail de la session extraordinaire tenue en janvier dernier. Halidou Ouédraogo a alors précisé : «il était donc normal pour lui, de passer de temps en temps pour s’enquérir de l’évolution du processus». Si la voie référendaire est à ce jour privilégiée, la date de la consultation quand à elle n’a pas encore été fixée.

Le président de la commission de réforme de la constitution indique que «la date du référendum importe peu, pourvu qu’il se tienne dans les normes, dans le cadre de nos lois constitutionnelles et qu’il ne remette pas en cause un aspect ou un autre». La voie parlementaire a été un temps envisagée dans le cadre de l’initiative de réforme constitutionnelle lancée par le président Roch Kaboré.

Même si celle-ci est moins coûteuse que la voie référendaire ; le référendum présente l’avantage de confirmer la légitimité des futures institutions nationales. Le président du Burkina Faso aura l’opportunité lors de cette séquence politique de jauger sa popularité. Et ce alors même qu’il souhaite se présenter pour un second mandat.

Avec la fixation de la date du referendum c’est une séquence politique longue et cruciale qui trouve un terme. Le projet de la nouvelle constitution avait été transmis au président Kaboré le 28 décembre 2017. Pour memo ce sont 92 membres de la Commission constitutionnelle, qui travaillent sur la nouvelle Constitution. Il travaillent sur le passage du pays à la Ve République et sont installés depuis septembre 2016 à Ouagadougou.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bien que seuls 16% des Gambiens utilisent actuellement les réseaux sociaux, l'avenir politique du pays pourrait bien se jouer en ligne. Et pour cause, les heureux élus font partie de la sphère locale la plus influente. A ce titre, l'application WhatsApp qui appartient au géant américain, Facebook, illustre parfaitement ce...
L’opposition a animé une conférence de presse, hier lundi 26 octobre, à quelques jours de la tenue du scrutin présidentiel prévu le 31 octobre. Nous vous proposons ci-dessous les propos liminaires de Pascal Affi N’guessan, le porte-parole de la plateforme des partis politiques de l’opposition. Chers amis de la presse, Mesdames et...
Le gouvernement qualifie les récents épisodes de violence d ’ « incidents d'une extrême gravité ». Le pays s’enfonce dans une crise préélectorale. Les affrontements se sont déroulés à Dabou,à 50km d’Abidjan. On déplore 16 morts et 67 blessés, selon un nouveau bilan du gouvernement. Le département de Dabou a été...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...