Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria et Boko Haram : nouvelle libération d’écolières

Des parents ont annoncé qu’une centaine d’écolières enlevées le 19 février par des militants islamistes de Boko Haram à Dapchi, dans le nord du Nigéria ont été libérées le 21 mars.

 Les jeunes filles ont été ramenées à leur école par leurs ravisseurs eux-mêmes. « Les filles ont été ramenées dans neuf véhicules et déposées devant l’école vers 8 heures. Elles n’étaient accompagnées d’aucune force de sécurité. Leurs ravisseurs les ont juste déposées et sont partis, sans parler à personne. » a déclaré Bashir Manzo, dirigeant d’une association d’aide  aux parents des enfants enlevés. On en sait pour le moment pas combien sont les écolières et leur identité est également inconnue. « J’ai une liste des filles manquantes avec moi, et là je me rends à l’école pour faire l’appel et voir si certaines d’entre elles sont toujours disparues. Mais pour l’instant, nous savons qu’au moins une d’entre elles est décédée » pendant sa captivité, a précisé Bashir Manzo. A ce stade, les informations connues le sont par l’intermédiaire des parents qui retrouvent leurs enfants. Ainsi un père de famille, confirme que « toutes ont été libérées », sauf « quelques-unes qui ne sont plus en vie ».

Rappelons que ces libérations font suite à l’enlèvement lors d’un raid sur le pensionnat de l’école pour filles de Dapchi (Etat de Yobe) le 19 février. 110 jeunes filles âgées de 10 à 18 ans avaient été emmenées par les membres du groupe islamique Boko Haram. Cet enlèvement de masse n’est pas le premier en terre nigériane. On se souvient du kidnapping de Chibok, en avril 2014, qui avait vu l’enlèvement de plus de 200 lycéennes et qui avait bouleversé le monde entier. Ce processus selon les experts, permettrait aux ravisseurs d’obtenir des rançons.

Yan St-Pierre, expert en contre-terrorisme pour Modern Security Consulting Group (Mosecon) remarque que les jeunes filles de Dapchi ne sont pas les premières otages à avoir été enlevées puis libérées cette année. « Mais cette libération est assez étonnante pour ne pas soulever  beaucoup de questions, notamment sur le paiement de rançons, soulève-t-il. Si c’est ce qui s’est passé, le gouvernement nigérian a dû payer  une somme importante pour accélérer  le processus et éviter un autre Chibok. » souligne Yan St-Pierre.

Source : Le Monde Afrique

 

 

 

AUTEUR: Awa Siaka
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus de six millions d’Ivoiriens étaient appelés à voter aux élections locales, dont le principal enjeu est de mesurer les forces en présence avant la présidentielle de 2020. Les élections municipales et régionales n'ont pas mobilisé la population ivoirienne lors d'une journée de vote, qui fut marquée par différents incidents...
Alors que s’engage la deuxième phase du Programme d’urgence de développement communautaire ( PUDC), Jule Diop le ministre délégué auprès du Premier ministre déclare que l’Etat s’engagerait plus précisément au sein du PUDC. Le Programme d'urgence de développement communautaire (PUDC) le projet phare au Sénégal qui a été lancé il...
Le président Buhari est déterminé : les contribuables nigérians détenteurs d’actifs à l’étranger ont douze mois, à compter du lundi 8 octobre, pour régulariser leurs situations fiscales. Ils ont douze mois pour bénéficier d'une amnistie fiscale.  On sait le président Muhammadu Buhari, champion de la lutte contre la corruption. Suivant sa...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter