Face au manque de moyens militaires criants mis à disposition des forces burkinabè, via le G5 Sahel et la communauté internationale notamment, les soldats locaux, sous-payés, commencent à perdre patience...