Deprecated: File class-oembed.php is deprecated since version 5.3.0! Use wp-includes/class-wp-oembed.php instead. in /home/u859680659/domains/tribuneouest.com/public_html/wp-includes/functions.php on line 5643
Sierra Leone : le "Cotton Tree", arbre historique, n’est plus - Tribune Ouest Sierra Leone : le "Cotton Tree", arbre historique, n’est plus - Tribune Ouest
Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sierra Leone : le « Cotton Tree », arbre historique, n’est plus

Une violente tempête a eu raison de « Cotton Tree », l’arbre historique de la Sierra Leone. Ce symbole du pays s’est effondré après que son tronc ait été brisé en deux.

 L’arbre mythique haut de 70m s’est effondré au sol, bloquant l’une des plus grandes artères de Freetown, la capitale. Le « Cotton Tree » a assisté à toute l’histoire du pays depuis 1792.

Celui qu’on appelle le « Cotton Tree », l’arbre à coton, de son nom scientifique Ceiba pentandra, est un kapokier de 70m de haut et 15m de large enraciné depuis des siècles à Freetown, la capitale du Sierra Leone, au bord de l’Atlantique. Un orage survenu en début de semaine a eu raison de lui et l’a cassé en deux, par le tronc dans la nuit de mercredi à jeudi.

La fin d’un mythe a suscité de nombreuses réactions se comptant par milliers dans toute l’Afrique de l’Ouest. Et pour cause, l’arbre déchu était une véritable icône, un témoin de l’histoire, de l’histoire de l’esclavage, de l’émancipation des affranchis, de leur établissement sur la terre africaine.

Cet arbre était un monument depuis le 11 mars 1792, il y a 231 ans, lorsque sont arrivés les premiers esclaves affranchis par l’empire britannique. Pendant la guerre d’indépendance américaine, pour contrer la rébellion des indépendantistes, les Anglais avaient alors promis la liberté à tous les esclaves qui quitteraient leur maitre pour venir combattre au côté de l’armée britannique.

C’est ainsi que 3 000 soldats appelés les Loyalistes Noirs ont été affranchis. Parmi eux, 1 200 ont décidé de quitter l’Amérique du Nord, pour fonder leur propre nation, en Afrique. Ils ont donc traversé l’océan depuis les côtes canadiennes et, après avoir accosté, ils sont venus s’asseoir sous les branches de cet arbre, décidant d’y fonder Freetown, capitale d’un nouveau pays, le Sierra Leone.

On ne connait pas son âge précis, les botanistes ayant effectué des estimations déclarent que Cotton Tree aurait autour de 400 ans.

Le président du Sierra Leone, Julius Maada Bio, promet d’ériger à la place de l’arbre historique un monument, « quelque chose, dit-il qui lui rende hommage« .

Des bucherons ont commencé à débiter le tronc. Apparemment il reste la souche, et donc les racines. D’aucuns disent que le monument est encore vivant, qu’il pourrait bien reprendre, et ainsi vivre encore quelques dizaines, voire centaines d’années.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis le 24 août, 170 migrants partis du Sénégal dans des conditions de fortune stagnent sur un navire de la marine espagnole qui leur a portés secours en mer. Proche des côtes mauritaniennes, ce dernier demande en vain aux autorités locales de les accueillir puisque Madrid refuse également de le...
Un accord de compensation carbone pourrait voir le Libéria concéder 10% de son territoire à une entreprise privée émiratie, ce qui accorderait à l'Etat du golfe Persique des droits de pollution équivalents à la séquestration du carbone de la forêt, relaie Middle East Eye. Dans les faits, l'accord donnerait à...
Les autorités nigérianes poursuivent leur inlassable combat contre les détournements d'or noir effectués par des bandes organisées dans le delta du Niger. Selon RFI, "une nouvelle opération militaire dans la région de Warri a permis de détruire 14 réservoirs contenant des centaines de milliers de litres de produit raffinés illégalement....
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...