Deprecated: File class-oembed.php is deprecated since version 5.3.0! Use wp-includes/class-wp-oembed.php instead. in /home/u859680659/domains/tribuneouest.com/public_html/wp-includes/functions.php on line 5643
Nigeria-Allemagne : la restitution de 22 bronzes à un chef traditionnel inquiète - Tribune Ouest Nigeria-Allemagne : la restitution de 22 bronzes à un chef traditionnel inquiète - Tribune Ouest
Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria-Allemagne : la restitution de 22 bronzes à un chef traditionnel inquiète

La propriété des trésors rendus par le musée d’ethnologie de Leipzig a été transmise en mars, par décret, à l’Oba du Bénin. Malgré les craintes de la Saxe, les autorités nigérianes assurent que l’ensemble des biens seront bien exposés au futur musée d’Edo. Mais cela ne paraît pas si simple.

Le sort des bronzes du Bénin n’est pas assuré. Cinq mois après avoir restitué au Nigéria 22 objets de l’ancien royaume du Bénin pillé à l’époque coloniale, un doute persiste en Allemagne sur le sort des pièces supposées être exposées au Musée d’Edo pour les arts d’Afrique de l’Ouest (EMOWAA), en construction à Benin City.

Le doute est né d’un décret promulgué le 28 mars par le président Muhammadu Buhari confère la propriété des œuvres resituées en décembre à l’État nigérian à Uku Akpolokpolor Ewuare II, le roi («oba») du Bénin.

En réaction à ce transfert, les autorités de la région de Saxe – responsable du musée d’ethnologie de Leipzig où étaient conservés les objets – ont exigé des clarifications au Nigéria et mis en pause leurs démarches de restitution.

Selon l’accord signé par Berlin sur le retour d’environ 1100 bronzes de 20 collections et musées allemands, les œuvres restituées doivent rester accessibles au public. Très officiellement, il est prévu que les bronzes soient exposés dans le futur musée de Benin City. Cependant, cet accord pourrait être remis en cause par la privatisation des biens en question, suggère la région de Saxe.

 Uku Akpolokpolor Ewuare II est l’héritier du souverain qui régnait sur le royaume du Bénin au moment où les bronzes ont été pillés, lors de la mise à sac, en 1897, du palais royal d’Edo par une expédition coloniale britannique. « En tant que propriétaire d’origine, l’Oba doit être responsable de la gestion de tous les lieux où les objets rapatriés sont domiciliés », précise le décret présidentiel nigérian. Il existe un précédent. En effet en février 2022, l’Oba du Bénin avait déjà pu récupérer deux bronzes restitués l’année précédente au Nigéria par un musée londonien.

La région de Saxe attend désormais de voir « quel est l’effet de ce décret (…) et comment le nouveau gouvernement va procéder ». Avant cela, « nous n’entreprendrons aucune nouvelle démarche », a indiqué à l’AFP un porte-parole du ministère de la Culture de cet État. La démarche des autorités saxonnes ne fait pas l’unanimité.  Ainsi s’est exprimée la ministre fédérale de la Culture, Claudia Roth : « ce qu’il advient des bronzes maintenant, c’est au propriétaire actuel d’en décider, et c’est l’État souverain du Nigeria».

«La restitution des bronzes de Benin au Nigeria n’était pas soumise à conditions», a ajouté Christopher Burger, porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, en précisant néanmoins qu’il est «important que le public continue à avoir accès aux bronzes de Benin après la restitution».

 Le débat se fait alors des plus complexes. Il va bien au-delà de la seule question du lieu où les objets seront exposés, précise ainsi le journal allemand FAZ«Lorsque les œuvres d’art sont privatisées, leur interprétation devient également privée», déclare le quotidien libéral, pointant les recherches historiques selon lesquelles l’ancienne famille royale du Bénin «n’était pas la moins impliquée dans la traite des esclaves, dont bénéficiaient non seulement les puissances européennes, mais aussi les élites locales».

 Au Nigeria, on joue l’apaisement comme le précise le président de l’agence gouvernementale en charge du retour des œuvres pillées, Abba Isa Tijani : « Nous voulons rassurer nos partenaires, les musées en Europe (…) les objets seront accessibles aux chercheurs, au public et aux touristes (…) et ne pourront pas être vendus, a-t-il déclaré à l’AFP, en confirmant que la construction du musée de Benin City se poursuit comme prévu. La famille royale Oba de Benin compte sur ce musée, rien n’a changé, puisqu’il n’a pas l’expertise et le personnel pour gérer le musée ».

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis le 24 août, 170 migrants partis du Sénégal dans des conditions de fortune stagnent sur un navire de la marine espagnole qui leur a portés secours en mer. Proche des côtes mauritaniennes, ce dernier demande en vain aux autorités locales de les accueillir puisque Madrid refuse également de le...
Un accord de compensation carbone pourrait voir le Libéria concéder 10% de son territoire à une entreprise privée émiratie, ce qui accorderait à l'Etat du golfe Persique des droits de pollution équivalents à la séquestration du carbone de la forêt, relaie Middle East Eye. Dans les faits, l'accord donnerait à...
Les autorités nigérianes poursuivent leur inlassable combat contre les détournements d'or noir effectués par des bandes organisées dans le delta du Niger. Selon RFI, "une nouvelle opération militaire dans la région de Warri a permis de détruire 14 réservoirs contenant des centaines de milliers de litres de produit raffinés illégalement....
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...