Deprecated: File class-oembed.php is deprecated since version 5.3.0! Use wp-includes/class-wp-oembed.php instead. in /home/u859680659/domains/tribuneouest.com/public_html/wp-includes/functions.php on line 5643
Côte d'Ivoire : Le coton ravagé par les jassides - Tribune Ouest Côte d'Ivoire : Le coton ravagé par les jassides - Tribune Ouest
Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : Le coton ravagé par les jassides
cote divoire coton ravage jassides - TribuneOuest

Cette année, en Côte d’Ivoire, au moins la moitié des champs de coton ont été détruits par les jassides, une nouvelle espèce d’insecte apparus en juin et qui se montrent particulièrement résistants aux produits utilisés par les cultivateurs. 

Depuis le mois de juin 2022, des milliers de cultivateurs se retrouvent impuissants, face aux ravages des jassides. Ces insectes s’abattent régulièrement sur les champs de coton du nord de la Côte d’Ivoire, l’un des cinq pays les plus fructueux en production de coton en Afrique. Cette « année catastrophique » vaudrait la moitié des 550 000 tonnes habituellement récoltés.

Les cultivateurs utilisent des produits auxquels ces insectes résistent particulièrement. « C’est une nouvelle espèce qui est apparue dans nos champs et qui s’est répandue dans toute la zone cotonnière », explique Malanno Kouakou, entomologiste au Centre national de recherche agronomique (CNRA), à Bouaké. Selon lui, « l’espèce, découverte pour la première fois en Inde, serait arrivée en Afrique de l’Ouest en raison de la mondialisation et des échanges commerciaux ».

Une espèce particulièrement résistante

« Cette espèce est plus mobile et se développe sur différentes plantes, différentes cultures, ce qui la rend difficile à maîtriser. Elle a une capacité à se multiplier plus rapidement que les autres ».

Le CNRA assure que « ces produits polluants » sont utilisé dans des « quantités utilisées respectant les normes ». Malanno  Kouakou explique : « Ce sont des produits à court terme, des solutions d’urgence. Nous devons davantage étudier cette espèce, trouver ses points faibles, observer ses ennemis naturels dans notre propre écosystème, mieux gérer l’eau en développant des systèmes d’irrigation adaptés à la culture cotonnière ».

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis le 24 août, 170 migrants partis du Sénégal dans des conditions de fortune stagnent sur un navire de la marine espagnole qui leur a portés secours en mer. Proche des côtes mauritaniennes, ce dernier demande en vain aux autorités locales de les accueillir puisque Madrid refuse également de le...
Un accord de compensation carbone pourrait voir le Libéria concéder 10% de son territoire à une entreprise privée émiratie, ce qui accorderait à l'Etat du golfe Persique des droits de pollution équivalents à la séquestration du carbone de la forêt, relaie Middle East Eye. Dans les faits, l'accord donnerait à...
Les autorités nigérianes poursuivent leur inlassable combat contre les détournements d'or noir effectués par des bandes organisées dans le delta du Niger. Selon RFI, "une nouvelle opération militaire dans la région de Warri a permis de détruire 14 réservoirs contenant des centaines de milliers de litres de produit raffinés illégalement....
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...