Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : 46 soldats ivoiriens condamnés à vingt ans de prison et 3 soldates, à la peine de mort

Les soldats ivoiriens accusés d’être des « mercenaires » sont été reconnus coupables notamment d’ « attentat et complot contre le gouvernement ». La Côte d’Ivoire confirme pourtant que les militaires concernés étaient en mission pour les Nations unies. 

Les quarante-six militaires ivoiriens qui étaient soupçonnés d’être des « mercenaires » et détenus au Mali depuis juillet 2022 ont été condamnés vendredi 30 décembre à vingt ans de réclusion criminelle. Et ce avant l’expiration de l’ultimatum fixé au 1er janvier par les chefs d’État ouest-africains à la junte malienne pour les libérer.

Bamako les a déclarés coupables d’« attentat et complot contre le gouvernement », « atteinte à la sûreté extérieure de l’État », « détention, port et transport d’armes et de munitions de guerre (…) ayant pour but de troubler l’ordre public par l’intimidation ou la terreur », selon le procureur général Ladji Sara.

En juillet, quarante-neuf soldats ivoiriens avaient été arrêtés et écroués au Mali pour « tentative d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État ». Trois soldates ivoiriennes appartenant à ce groupe de militaires ont été libérées en septembre à la suite de médiations. Elles ont cependant été condamnées à la peine de mort par contumace pour les mêmes motifs que les quarante-six autres militaires toujours incarcérés.

Bamako affirme que les soldats ivoiriens avaient voyagé sous de fausses identités et avec des armes sans autorisation des autorités.

En décembre, à Abuja, les dirigeants ouest-africains se sont réunis en sommet sans le Mali, et ont exigé que les soldats soient libérés avant le 1er janvier. Les dirigeants ouest-africains menaçaient le Mali sous peine de nouvelles sanctions. Le 22 décembre, une délégation officielle ivoirienne s’est déplacée à Bamako dans un esprit « fraternel ». La rencontre s’est conclue par la signature d’un mémorandum, le ministre de la défense ivoirien soulignant que l’affaire était « en voie de résolution ».

A l’issue de la rencontre, le ministre des affaires étrangères malien, Abdoulaye Diop, a évoqué auprès de la presse un « incident malheureux ». Le ministre de la défense ivoirien a quant à lui précisé qu’il s’agissait d’un « malentendu ».

L’accord ainsi trouvé entre le Mali et la Côte d’Ivoire créée la possibilité d’une grâce présidentielle du chef de la junte malienne, Assimi Goïta.

L’ONU avait reconnu des « dysfonctionnements » dans une note adressée au gouvernement malien et admis que « certaines mesures n’ont pas été suivies ». La présidence ivoirienne avait aussi reconnu en septembre « des manquements et des incompréhensions ». Cependant les relations entre les deux pays se sont à nouveau durcies quand la junte a ouvertement lié la libération des quarante-six soldats restants à l’extradition de personnalités maliennes vivant en Côte d’Ivoire. « Une prise d’otages qui ne restera pas sans conséquence », a alors précisé la présidence ivoirienne.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement ivoirien a relancé le projet d’adressage de la ville d’Abidjan. Mardi 24 janvier 2023, une convention cadre de partages de données a été a été signée au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, pour le démarrage des activités nécessaires à la réalisation de ce projet....
Un homme accusé du meurtre de trois casques bleus guinéens, commis en 2019 dans le sud-ouest de Bamako, a été reconnu coupable et condamné à la peine de mort par le tribunal. Mercredi 25 janvier 2023, la Minusma (Mission de l'Organisation des Nations unies au Mali) a annoncé la condamnation...
Vingt-sept personnes ont été tuées par une "bombe" dans le centre du Nigeria, selon la police. Une information contredite par une association d'éleveurs de bétail qui parle, elle, d'une frappe aérienne de l'armée. Une "enquête approfondie" a été réclamée. Que s'est-il réellement passé mercredi 25 janvier 2023 dans le village...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32