Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Ghana s’effondre, victime d’une crise économique jamais connue

Accra fait appel au FMI pour négocier un prêt de 3 milliards de dollars et le rééchelonnement de la dette. 

La capitale du Ghana étouffe économiquement parlant ; l’inflation dépasse les 40 % depuis octobre et le cedi a perdu la moitié de sa valeur face au dollar. La monnaie figure dorénavant au rang des monnaies les moins performantes du continent. Les prix du logement, de l’eau, de l’électricité et du gaz ont augmenté de près de 70 %, ceux des transports et du carburant de 46 %.

La crise économique est bien réelle.  La dette publique du Ghana dépasse 100 % de son PIB et le service de la dette absorbe la moitié des recettes de l’Etat. Le pays doit faire face à « un risque élevé de surendettement ».  Le gouvernement de Nana Akufo-Addo espère obtenir un prêt de 3 milliards de dollars auprès du FMI.

Le Ghana prévoit parallèlement de restructurer sa dette intérieure afin de justifier d’un renflouement par l’institution de Washington. Cependant Moody’s vient d’abaisser de deux niveaux la note de crédit du Ghana, rétrogradé à « Ca », l’avant-dernière note de l’agence.

Dans les quartiers populaires, il n’est pas rare d’observer que les populations ne se nourrissent qu’avec un repas par jour en raison de la flambée des prix de l’alimentaire. Le gouvernement n’a pas plafonné le prix des produits alimentaires, mais il a privilégié l’augmentation du salaire minimum de 10 % et a introduit une indemnité de coût de la vie équivalant à 15 % de ce même salaire minimum, dont le montant passera à 14,88 cedis par jour (1,08 euro) au 1er janvier.

Conscient de l’urgence, l’Etat cherche à adopter des mesures d’austérité quant au fonctionnement de l’Etat et pour endiguer la dévaluation du cedi, la Banque centrale du Ghana (BoG) a relevé son taux directeur à 24,5 % en octobre. Accra semble apparemment prêt à tout pour redresser la barre. Y compris le le troc, en échangeant son or contre du pétrole avec les Émirats arabes unis.

La cherté de la vie soulève un mécontentement grandissant au sein d’une population déjà éprouvée par le mouvement #FixTheCountry. Le mouvement avait gagné les rues d’Accra pour protester contre la gouvernance du pays et les scandales récurrents de corruption. Sporadiquement la population descend dans la rue pour protester et montrer son désaccord avec les décisions du gouvernement.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement ivoirien a relancé le projet d’adressage de la ville d’Abidjan. Mardi 24 janvier 2023, une convention cadre de partages de données a été a été signée au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, pour le démarrage des activités nécessaires à la réalisation de ce projet....
Un homme accusé du meurtre de trois casques bleus guinéens, commis en 2019 dans le sud-ouest de Bamako, a été reconnu coupable et condamné à la peine de mort par le tribunal. Mercredi 25 janvier 2023, la Minusma (Mission de l'Organisation des Nations unies au Mali) a annoncé la condamnation...
Vingt-sept personnes ont été tuées par une "bombe" dans le centre du Nigeria, selon la police. Une information contredite par une association d'éleveurs de bétail qui parle, elle, d'une frappe aérienne de l'armée. Une "enquête approfondie" a été réclamée. Que s'est-il réellement passé mercredi 25 janvier 2023 dans le village...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32