Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali et les Touareg : appel à la mobilisation contre le groupe État islamique

Le général El Hadj Ag Gamou un des leaders d’un mouvement armé progouvernemental, le Groupe d’autodéfense touareg Imghmad et alliés (Gatia), appellent les Touareg à la mobilisation dans la lutte contre l’État islamique.

Un général de l’armée malienne se mobilise et en appelle a jeunes Touareg dans le pays tout autant qu’à l’extérieur pour lutter contre l’expansion du groupe État islamique dans le Nord. Le général El Hadj Ag Gamou utilise Whatsapp en langue tamasheq, pour diffuser ce message de mobilisation.

Le général touareg El Hadj Ag Gamou est une des chevilles ouvrières dans le conflit qui oppose les Maliens dans les combats contre l’organisation État islamique au grand Sahara (EIGS, affilié à l’EI). Pour mobiliser ses troupes, il « donne dix jours à tous les jeunes Touareg d’Algérie, Libye et d’ailleurs pour rejoindre les environs de Gao », la plus grande ville du nord du Mali.

El Hadj Ag Gamou est un des leaders d’un groupe armé progouvernemental, le Groupe d’autodéfense touareg Imghmad et alliés (Gatia). Il conserve également son grade de général de l’armée nationale ; alors que L’EIGS multiplie depuis mars 2022 les offensives dans les régions de Gao et Ménaka.

Les syndicats de la région de Gao ont appelé à une grève de 48 heures mardi et mercredi afin de protester contre la dégradation de la situation sécuritaire et « l’inaction du gouvernement ». Les syndicats exigent notamment « une riposte sécuritaire »et « le rappel à l’ordre de certains agents des forces de sécurité qui s’adonnent à des dérives d’intimidation et de racket non justifiés ».

A Gao, l’État est très peu présent auprès des populations, qui sont majoritairement nomades et vivant éparpillés dans le désert. Ces populations sont très exposées et prises entre deux feux, victimes de massacres et de représailles parce que soupçonnées de pactiser avec l’ennemi. La communauté touarègue est disparate tout autant que dispersée, car elle se compose de dizaines de sous-communautés nomades établis dans le Sahara entre plusieurs pays, au Mali, en Algérie, au Niger, et en Libye.

Si des groupes armés indépendantistes à majorité de combattants touareg ont signé trois ans plus tard un accord de paix avec le Mali d’autres ont rejoint le djihasime d’Al-Qaida dirigé par Iyad Ag-Ghali qui est lui-même touareg.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Assemblée nationale du Sierra Leone, a voté à l’unanimité une loi pour qu’un tiers des députés soient des femmes. Maintenant que le texte a été approuvé, il doit être signé par Julius Bio, le président, afin d’entrer en vigueur. C’était l’une des grandes promesses de campagne présidentielle de 2918 du...
Une étude collective parue dans « L’Information psychiatrique (Cybercriminalité et occultisme chez des adolescents ivoiriens) » menée par l’anthropologue ivoirien Paulin Konan, chargé de recherches à l’Institut national de santé publique (INSP), révèle le lien entre cybercriminalité et maraboutage. « Je suis obligé d’attacher les Blancs pour qu’ils puissent m’envoyer l’argent sans s’en...
Moussa Dadis Camara, qui devait comparaître pour le massacre de septembre 2009, s’est vu renvoyé son affaire au 12 décembre 2022. « Vous avez une semaine, M. Camara, l’audience est levée », s’est ainsi exprimé Ibrahima Sory Tounkara, le président du tribunal où paraissait Moussa Dadis Camara, après seulement douze minutes passées...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...