Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : durcissement des relations entre la presse et la junte militaire

Les tensions entre la junte au pouvoir et la presse se multiplient alors que la Haute Autorité de la communication a décidé de suspendre Joliba TV News en raison de « propos diffamatoires » contre la junte. 

« La liberté d’expression est en danger, la démocratie avec. Nous sommes dans la dictature de la pensée unique. » Ainsi s’était exprimé le journaliste malien Mohamed Attaher Halidou dans une intervention diffusée sur Joliba TV News le 30 septembre. Mercredi 2 novembre, Joliba TV News a été suspendue pour deux mois par la Haute Autorité de la communication (HAC) du Mali. L’interruption forcée est très certainement une manifestation claire du durcissement de la censure au Mali.

En effet, depuis l’arrivée au pouvoir de la junte à la suite du double coup d’État d’août 2020 et de mai 2021, les actions de censure sont de plus en plus nombreuses. La Haute Autorité de la communication a justifié sa décision arguant des « propos diffamatoires et des accusations infondées » contre l’institution elle-même et les autorités de la transition.

Cette décision fait suite à l’éditorial de Mohamed Attaher Halidou, faisant lui-même suite à l’intervention du premier ministre, Abdoulaye Maïga, le 27 septembre à la tribune de l’Organisation des Nations unies. Abdoulaye Maïga avait prononcé un discours trè dur contre la France et certains présidents africains. Ces propos avaient alors été critiqués par Mohamed Attaher Halidou, le journaliste vedette de Joliba TV News.

« Ce discours contient beaucoup de vérités mais nous devons aussi avoir le courage de dire qu’il manque par endroits d’élégance républicaine. » « Les colonels au pouvoir gouvernent avec l’opinion de la foule et la foule, par définition, ne réfléchit pas. Attention au naufrage », ajoutait le chroniqueur, avant d’appeler la HAC à « prendre ses responsabilités pour arrêter le désordre » sur les réseaux sociaux maliens.

Un journaliste de Joliba TV News, s’exprimant anonymement, a jugé « excessive » la décision de de la HAC : « le but est de nous donner une leçon. C’est une tentative de musellement de la presse. Certains sujets sont devenus tabous aujourd’hui au Mali, comme les relations entre notre pays et la France. Et nous, nous sommes malheureusement catalogués [anti-junte] ».

Les déboires de la chaîne avec le régime militaire ont commencé fin avril, après la suspension « jusqu’à nouvel ordre » de France 24 et de Radio France internationale (RFI) au Mali. La diffusion le 31 octobre d’une enquête de BFM-TV sur les mercenaires russes n’a pas apaisé les esprits. En effet, Malick Konaté, un journaliste malien cité au générique comme ayant contribué à l’enquête, a fait l’objet d’un lynchage en ligne sur les réseaux sociaux.

« Des journalistes sont menacés. Certains se cachent. Les gens ont peur, se sentent suivis, écoutés. Il y a toute une culture de l’autocensure qui se met en place. C’est alarmant », déplorait vendredi 28 octobre, dans un entretien au Monde, la secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard.

« Il faut que ces pressions cessent. Nous craignons que le Mali devienne un véritable trou noir de l’information » a également précisé Sadibou Marong. Le directeur du bureau Afrique de l’Ouest de Reporters sans frontières a également dénoncé les « pressions exercées par la junte sur les médias internationaux. Cette pression a obligé certains médias à délocaliser la plupart de leurs collaborateurs hors du Mali, et ce pour des raisons de sécurité.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Assemblée nationale du Sierra Leone, a voté à l’unanimité une loi pour qu’un tiers des députés soient des femmes. Maintenant que le texte a été approuvé, il doit être signé par Julius Bio, le président, afin d’entrer en vigueur. C’était l’une des grandes promesses de campagne présidentielle de 2918 du...
Une étude collective parue dans « L’Information psychiatrique (Cybercriminalité et occultisme chez des adolescents ivoiriens) » menée par l’anthropologue ivoirien Paulin Konan, chargé de recherches à l’Institut national de santé publique (INSP), révèle le lien entre cybercriminalité et maraboutage. « Je suis obligé d’attacher les Blancs pour qu’ils puissent m’envoyer l’argent sans s’en...
Moussa Dadis Camara, qui devait comparaître pour le massacre de septembre 2009, s’est vu renvoyé son affaire au 12 décembre 2022. « Vous avez une semaine, M. Camara, l’audience est levée », s’est ainsi exprimé Ibrahima Sory Tounkara, le président du tribunal où paraissait Moussa Dadis Camara, après seulement douze minutes passées...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...