Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : Six personnes placées en détention provisoire pour blasphème
mali detention blaspheme - TribuneOuest

Six personnes ont été placées en détention provisoire après une accusation de blasphème, dans ce pays musulman à 95 % et où il est interdit de blasphémer.

Six personnes ont été placées en détention provisoire ce jeudi 3 novembre 2022 pour « délit à caractère religieux pouvant causer des troubles à l’ordre public », après que le ministre des affaires religieuses a accusé un homme de « propos et actes blasphématoires », selon le parquet de Bamako.

« Depuis quelques jours, une vidéo présentant un homme tenant des propos désobligeants à l’égard de la communauté des fidèles musulmans et se livrant à des agissements injurieux contre le Coran, le prophète Mohamed et l’islam circule sur les réseaux sociaux », a expliqué le procureur général dans un communiqué. « Ces propos et agissements sont constitutifs de manifestations contraires à la liberté de conscience et de culte susceptibles de dresser les citoyens les uns contre les autres ».

Pas de droit au blasphème

Au Mali, pays musulman à près de 95 %, le le droit au blasphème n’existe pas.

Les six personnes arrêtées appartiennent au mouvement des kamites, non reconnut par Allah et les prophètes.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Assemblée nationale du Sierra Leone, a voté à l’unanimité une loi pour qu’un tiers des députés soient des femmes. Maintenant que le texte a été approuvé, il doit être signé par Julius Bio, le président, afin d’entrer en vigueur. C’était l’une des grandes promesses de campagne présidentielle de 2918 du...
Une étude collective parue dans « L’Information psychiatrique (Cybercriminalité et occultisme chez des adolescents ivoiriens) » menée par l’anthropologue ivoirien Paulin Konan, chargé de recherches à l’Institut national de santé publique (INSP), révèle le lien entre cybercriminalité et maraboutage. « Je suis obligé d’attacher les Blancs pour qu’ils puissent m’envoyer l’argent sans s’en...
Moussa Dadis Camara, qui devait comparaître pour le massacre de septembre 2009, s’est vu renvoyé son affaire au 12 décembre 2022. « Vous avez une semaine, M. Camara, l’audience est levée », s’est ainsi exprimé Ibrahima Sory Tounkara, le président du tribunal où paraissait Moussa Dadis Camara, après seulement douze minutes passées...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...