Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali – Affaire blasphème contre le coran – Doumbi Fakoly : « Nous ne voulons pas que l’Islam s’impose chez nous, parce qu’il n’est pas une religion. Il est dévalorisant, il est insultant pour notre peuple. »

Selon plusieurs sources, une vidéo postée sur les réseaux sociaux et largement diffusée est à l’origine d’une levée de boucliers au Mali.  

« Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux où un disciple représentant le Kamite, un mouvement qui se réclame pratiquant les valeurs religieuses africaines. Ici le jeune homme blasphème contre l’islam et le christianisme disant qu’ils sont des religions importées et qu’ils feront tout pour en finir avec leurs idéologies.  La partie dure de la vidéo est que le jeune homme va jusqu’à piétiner le coran, ce qu’il ne fallait pas du tout. Et nous prions le Seigneur de pardonner à ce monsieur. Un acte condamnable et nous demandons la retenue à nos frères de quelque religion que ce soit », écrit un internaute.

 Le ministère malien des Affaires religieuses, du culte et des coutumes a  condamné ces « propos et actes blasphématoires contre l’Islam. » Un communiqué publié lundi indique que «  Le ministre des Affaires religieuses, du Culte et de Coutumes a appris avec amertume, via les réseaux sociaux, des propos et actes blasphématoires de la part d’un individu malintentionné à l’encontre de l’Islam, religion de la majorité des Maliens. » Ainsi, « devant la gravité de tels actes pouvant porter atteinte à l’ordre public, le ministre des Affaires religieuses, du Culte et des Coutumes condamne sans réserve de telles provocations. II assure la communauté musulmane, et toutes les autres communautés religieuses cultuelles reconnues en République du Mali, de son engagement à accompagner dans la gestion des actes ci-dessus » Il conseille la retenue à la communauté musulmane et encourage «  ses leaders à appeler au calme, à la sérénité et à la  patience afin que les autorités puissent régler le problème dans un climat apaisé devant les instances indiquées en la matière. »

De son côté, la justice malienne s’est autossaisie. Le procureur de la République a ordonné l’ouverture d’une enquête judiciaire. Il a par ailleurs  invité la population à apporter son concours aux autorités judiciaires en vue d’identifier, localiser et interpeller le suspect qui est poursuivi pour des « faits prévus et punis notamment par les dispositions combinées des articles 58 du Code pénal 55 et 56 de la Loi n° 2019-056 du 05 décembre 2019 portant répression de la cybercriminalité. »

Pour le haut conseil islamique du Mali,  « l’acte qui a été commis, notamment insulter le prophète, insulter le coran, insulter Dieu, en islam, la sentence c’est d’exécuter le coupable. » Vendredi, une manifestation est prévue  pour « dénoncer l’acte injurieux contre les symboles de l’Islam. »

Cependant, dans un enregistrement audio publié sur les réseaux sociaux, Doumbi Fakoly Doumbia, le président du Rassemblement pour la Réhabilitation de la religion négro-africaine  « 3R-Maaya », apporte, quant à lui, un soutien sans concession à l’accusé.  « Je suis Doumbi Fakoly Doumbia, je suis écrivain, je suis l’auteur des propos ouverts à Assimi Goita et  ses ministres (…) Tu as dit que tu vas poursuivre en justice un de nos « matriotes », parce qu’il aurait dénigré l’’islam. Ah, je te conseille de ne pas le faire, parce que tu nous trouveras sur ta route. Tu prétends que le Mali est en grande partie musulman. Est-ce que tu as des preuves ? (…) Tu n’as aucune preuve. Tu parles sous l’influence de ces imams et marabouts qui ne savent rien du tout, qui ne connaissent même pas la religion musulmane, qui n’en connaissent même pas les origines. Si tu les suis, c’est parce que tu ne connais pas les origines de la religion musulmane. Alors si tu ne fais pas attention, tu vas déclarer une guerre des religions. Parce que nous sommes nombreux qui ne sommes pas musulmans et qui ne le serons jamais, et qui ne voulons pas que l’Islam s’impose chez nous, parce qu’il n’est pas une religion. Il est dévalorisant, il est insultant pour notre peuple. (…) Il faudra nous poursuivre tous, parce que nous pensons exactement comme ce jeune homme. Je le répète, je suis Doumbi Fakoly Doumbia, je suis écrivain. Je ne suis donc pas un anonyme. Je suis un mécréant, je suis un cafre et fier de l’être. Si vous êtes sûrs de vous, invitez-nous à un débat. Nous ne nous laisserons plus faire. À bon atendeur, salut ! Bonne réflexion », a réagi cet auteur  qui compte à son actif plusieurs oeuvres qui militent pour la renaissance culturelle de l’Afrique.

À en croire la presse malienne, qui présente le mouvement Kamite comme « une secte », il  a été placé en garde à vue, mardi, à la brigade d’investigation judiciaire, après sa déclaration. 

 

AUTEUR: Axel Illary
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Assemblée nationale du Sierra Leone, a voté à l’unanimité une loi pour qu’un tiers des députés soient des femmes. Maintenant que le texte a été approuvé, il doit être signé par Julius Bio, le président, afin d’entrer en vigueur. C’était l’une des grandes promesses de campagne présidentielle de 2918 du...
Une étude collective parue dans « L’Information psychiatrique (Cybercriminalité et occultisme chez des adolescents ivoiriens) » menée par l’anthropologue ivoirien Paulin Konan, chargé de recherches à l’Institut national de santé publique (INSP), révèle le lien entre cybercriminalité et maraboutage. « Je suis obligé d’attacher les Blancs pour qu’ils puissent m’envoyer l’argent sans s’en...
Moussa Dadis Camara, qui devait comparaître pour le massacre de septembre 2009, s’est vu renvoyé son affaire au 12 décembre 2022. « Vous avez une semaine, M. Camara, l’audience est levée », s’est ainsi exprimé Ibrahima Sory Tounkara, le président du tribunal où paraissait Moussa Dadis Camara, après seulement douze minutes passées...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...