Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Guinée : Procès de Dadis Camara – Ses avocats dénoncent son incarcération

Le procès était attendu. En exil au Burkina Faso depuis 2009, le capitaine Dadis Camara est rentré en Guinée, le 21 décembre 2021, pour répondre  à la convocation de la justice de son pays, à en croire ses avocats. Il comparait  devant le tribunal, depuis mercredi, avec une dizaine de coaccusés. Les prévenus sont poursuivis pour le  massacre du 28 septembre 2009 au stade de Conakry.

Dadis Camara était à la tête du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), la junte militaire qui a pris le pouvoir après la mort du président Lassana Conté. Le 24 décembre 2008, il s’est autoproclamé président de la Guinée.

À sa prise de pouvoir, le capitaine Dadis Camara s’était engagé à organiser des élections libres et transparentes, en janvier 2010 et avait aussi rassuré que les membres du CNDD et les membres du futur gouvernement de transition ne seraient pas candidats à ces joutes électorales. 

Le nouvel homme fort de la Guinée avait fait de la lutte contre la drogue et la corruption son cheval de bataille. « La drogue cause un énorme préjudice non seulement au peuple guinéen, mais à tous les opérateurs économiques. C’est pourquoi  j’ai décidé de la combattre pour redorer l’image de marque de mon pays », confiait-il au cours d’une conférence de presse à Conakry. Plusieurs personnalités seront ainsi arrêtées.

Mais, très vite, l’opposition le soupçonne de vouloir se présenter à l’élection présidentielle à venir. Un rassemblement  est organisé au stade de Conakry le 29 septembre 2009 pour, entre autres, lui rappeler sa promesse de ne pas briguer un mandat présidentiel. La manifestation sera réprimée dans le sang par la junte militaire. D’après un rapport d’une commission d’enquête de l’Onu, on dénombre 156 personnes tuées, des milliers de blessés et au moins 159 femmes violées.

Le 3 décembre 2009  Dadis Camara est victime d’une tentative d’assassinat. En visite au camp militaire Koundara, son aide de camp,  Boubacar Sidiki Diakité, tire sur lui et manque de le tuer. Il est blessé à la tête et au cou. L’aide de camp reprochait au chef de la junte de vouloir  lui imputer la responsabilité  de la tuerie. Le président est transféré  au Maroc avant de s’exiler au Burkina faso. Le général Sékouba Konaté, le no 2 de la junte, assurera l’intérim.

En fuite après son forfait, Boubacar Sidiki Diakité, qui accuse  Dadis Camara d’avoir commandité le massacre,  a été arrêté en décembre 2016 à Dakar, au Sénégal, puis extradé en Guinée où il a été incarcéré. 

Treize ans plus tard, l’ancien chef de la junte  est de retour en Guinée pour, selon ses avocats, « laver son honneur ». Les conditions de sa comparution sont toutefois dénoncées par son conseil. Dadis Camara et ses coaccusés ont été mis en détention à la veille de leur procès. Selon Me Salif Béavoguy, qui était interrogé par la presse, son client  ne devrait courir aucun risque jusqu’à ce que l’audience s’ouvre, jusqu’à ce qu’une décision n’ intervienne. « À ce stade, ni le procureur de la République ni la juridiction de jugement ne pouvaient priver nos clients de leur liberté dès lors que la décision judiciaire qui résultait de l’instruction et qui a permis l’organisation du procès n’indique une quelconque privation de liberté. On les a envoyés  en prison, à la veille du procès, sans titre de détention », déplore l’avocat.

Du côté des victimes, Asmaou Diallo, la présidente de  l’AVIPA (Association des victimes, parents et amis du 28 septembre 2009) exprime un sentiment de soulagement quant à l’ouverture du procès. « Nous voulons la vérité, nous voulons qu’il y ait des réparations, nous voulons une reconnaissance nationale pour toutes les victimes. Nous espérons avoir une justice transparente, pas une parodie de justice », a-t-elle déclaré à France 24.

AUTEUR: Axel Illary
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Assemblée nationale du Sierra Leone, a voté à l’unanimité une loi pour qu’un tiers des députés soient des femmes. Maintenant que le texte a été approuvé, il doit être signé par Julius Bio, le président, afin d’entrer en vigueur. C’était l’une des grandes promesses de campagne présidentielle de 2918 du...
Une étude collective parue dans « L’Information psychiatrique (Cybercriminalité et occultisme chez des adolescents ivoiriens) » menée par l’anthropologue ivoirien Paulin Konan, chargé de recherches à l’Institut national de santé publique (INSP), révèle le lien entre cybercriminalité et maraboutage. « Je suis obligé d’attacher les Blancs pour qu’ils puissent m’envoyer l’argent sans s’en...
Moussa Dadis Camara, qui devait comparaître pour le massacre de septembre 2009, s’est vu renvoyé son affaire au 12 décembre 2022. « Vous avez une semaine, M. Camara, l’audience est levée », s’est ainsi exprimé Ibrahima Sory Tounkara, le président du tribunal où paraissait Moussa Dadis Camara, après seulement douze minutes passées...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...