Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Soldats ivoiriens détenus au Mali : la junte hausse le ton en face de la Cedeao

Selon le pouvoir malien, l’affaire des soldats ivoiriens détenus au Mali « est purement judiciaire et bilatérale » et la médiation engagée par le Togo est « l’unique cadre de règlement du dossier ». 

Le jeudi 15 septembre, la junte malienne et la Côte d’Ivoire ont diplomatiquement haussé le ton dans leurs discussions. En cause ? Le sort de 46 soldats ivoiriens détenus au Mali.  La junte malienne en a profité pour préciser qu’elle ne dresserait pas une oreille quant à « l’ingérence » de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), vers laquelle s’est tourné Abidjan.

Selon la junte, la médiation engagée par le Togo est « l’unique cadre de règlement du dossier » et le Mali « n’est nullement concerné par cette procédure devant l’instance communautaire ». Le premier ministre par intérim, le colonel Abdoulaye Maïga accuse le gouvernement ivoirien d’attitude belliqueuse et « d’avoir transformé un dossier judiciaire en une crise diplomatique ».

Depuis août 2020, date de la prise de pouvoir des colonels, les relations entre le Mali et la Côte d’Ivoire se sont dégradées.

L’interpellation de 49 soldats ivoiriens à leur arrivée à Bamako, le 10 juillet n’a fait qu’accentuer les tensions entre les pays voisins. Trois soldates ont récemment été libérées. Selon la Côte d’Ivoire et l’ONU, les 49 soldats devaient participer à la sécurité du contingent allemand des casques bleus au Mali.

Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, a corrélé la libération des soldats ivoiriens à l’extradition de personnalités maliennes vivant en Côte d’Ivoire. Abidjan a dénoncé un « chantage inacceptable » au détriment de soldats pris en « otages » et a demandé la tenue « dans les meilleurs délais » d’un sommet de la Cedeao. Dans le communiqué de jeudi, le colonel Goïta ne fait qu’exprimer « la nécessité de considérer la situation de certains Maliens » faisant l’objet « de mandats d’arrêts internationaux ».

Le premier ministre malien quant à lui, répète que « ces forces étrangères, dont une trentaine des forces spéciales, sont arrivées au Mali en possession d’armes et de munitions de guerre, sans ordre de mission ni autorisation, tout en dissimulant les identités et leurs professions réelles de militaires ainsi que l’objet précis de leur présence sur le sol malien ».

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement ivoirien a relancé le projet d’adressage de la ville d’Abidjan. Mardi 24 janvier 2023, une convention cadre de partages de données a été a été signée au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, pour le démarrage des activités nécessaires à la réalisation de ce projet....
Un homme accusé du meurtre de trois casques bleus guinéens, commis en 2019 dans le sud-ouest de Bamako, a été reconnu coupable et condamné à la peine de mort par le tribunal. Mercredi 25 janvier 2023, la Minusma (Mission de l'Organisation des Nations unies au Mali) a annoncé la condamnation...
Vingt-sept personnes ont été tuées par une "bombe" dans le centre du Nigeria, selon la police. Une information contredite par une association d'éleveurs de bétail qui parle, elle, d'une frappe aérienne de l'armée. Une "enquête approfondie" a été réclamée. Que s'est-il réellement passé mercredi 25 janvier 2023 dans le village...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32