Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Soldats ivoiriens détenus au Mali : la junte hausse le ton en face de la Cedeao

Selon le pouvoir malien, l’affaire des soldats ivoiriens détenus au Mali « est purement judiciaire et bilatérale » et la médiation engagée par le Togo est « l’unique cadre de règlement du dossier ». 

Le jeudi 15 septembre, la junte malienne et la Côte d’Ivoire ont diplomatiquement haussé le ton dans leurs discussions. En cause ? Le sort de 46 soldats ivoiriens détenus au Mali.  La junte malienne en a profité pour préciser qu’elle ne dresserait pas une oreille quant à « l’ingérence » de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), vers laquelle s’est tourné Abidjan.

Selon la junte, la médiation engagée par le Togo est « l’unique cadre de règlement du dossier » et le Mali « n’est nullement concerné par cette procédure devant l’instance communautaire ». Le premier ministre par intérim, le colonel Abdoulaye Maïga accuse le gouvernement ivoirien d’attitude belliqueuse et « d’avoir transformé un dossier judiciaire en une crise diplomatique ».

Depuis août 2020, date de la prise de pouvoir des colonels, les relations entre le Mali et la Côte d’Ivoire se sont dégradées.

L’interpellation de 49 soldats ivoiriens à leur arrivée à Bamako, le 10 juillet n’a fait qu’accentuer les tensions entre les pays voisins. Trois soldates ont récemment été libérées. Selon la Côte d’Ivoire et l’ONU, les 49 soldats devaient participer à la sécurité du contingent allemand des casques bleus au Mali.

Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, a corrélé la libération des soldats ivoiriens à l’extradition de personnalités maliennes vivant en Côte d’Ivoire. Abidjan a dénoncé un « chantage inacceptable » au détriment de soldats pris en « otages » et a demandé la tenue « dans les meilleurs délais » d’un sommet de la Cedeao. Dans le communiqué de jeudi, le colonel Goïta ne fait qu’exprimer « la nécessité de considérer la situation de certains Maliens » faisant l’objet « de mandats d’arrêts internationaux ».

Le premier ministre malien quant à lui, répète que « ces forces étrangères, dont une trentaine des forces spéciales, sont arrivées au Mali en possession d’armes et de munitions de guerre, sans ordre de mission ni autorisation, tout en dissimulant les identités et leurs professions réelles de militaires ainsi que l’objet précis de leur présence sur le sol malien ».

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
Le procès était attendu. En exil au Burkina Faso depuis 2009, le capitaine Dadis Camara est rentré en Guinée, le 21 décembre 2021, pour répondre  à la convocation de la justice de son pays, à en croire ses avocats. Il comparait  devant le tribunal, depuis mercredi, avec une dizaine de...
La Banque centrale nigériane a augmenté son principal taux de prêt à 15,5% pour contrer une inflation nationale, mais aussi mondiale, de plus en plus galopante.  Contrer l'inflation et limiter la pression intense conjoncturelle pesant sur la monnaie nigériane, le naira, tel est l'objectif à très court terme mené par...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...