Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : grâce présidentielle accordée à Laurent Gbagbo

Alors que Laurent Gbagbo est toujours soumis à une peine de vingt ans de prison, le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara accorde la grâce présidentielle à l’ex-président.

Alassane Ouattara dit vouloir « renforcer la cohésion sociale » et c’est ainsi qu’il explique la grâce présidentielle accordée à son prédécesseur. « Dans le souci de renforcer la cohésion sociale, j’ai signé un décret accordant la grâce présidentielle à M. Laurent Gbagbo », a déclaré M. Ouattara dans un discours à l’occasion du 62e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. C’est le samedi 6 août que le président Alassane Ouattara a annoncé avoir accordé sa grâce à son ancien rival Laurent Gbagbo. Celui-ci est sous le coup d’une peine de vingt ans de prison à la suite de la crise post-électorale de 2010-2011.

Pour preuve d’un souhait d’apaisement, le chef de l’État a annoncé avoir demandé « qu’il soit procédé au dégel de ses comptes et au paiement de ses arriérés de ses rentes viagères ». De même Alassane Ouattara a annoncé avoir signé un décret accordant « la libération conditionnelle » de deux figures de l’appareil militaire et sécuritaire du régime de Laurent Gbagbo, condamnées quant à elles en raison de leur rôle dans la crise de 2010-2011.

Laurent Gbagbo a été définitivement acquitté en mars 2021 de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. Il y avait été transféré fin 2011. Laurent Gbabgo a pu retrouver la Côte d’Ivoire en juin 2021. Jusqu’ à aujourd’hui, Laurent Gbagbo demeurait sous le coup d’une condamnation à vingt ans de prison pour « le braquage » de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pendant la crise de 2010-2011.

Pour memo, la crise politique avait trouvé naissance lorsque Laurent Gbagbo avait refusé de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle de fin 2010. La crise avait alors qui avait entraîné des violences causant la mort de 3 000 personnes.  Laurent Gbagbo fut alors arrêté à Abidjan en avril 2011.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement ivoirien a relancé le projet d’adressage de la ville d’Abidjan. Mardi 24 janvier 2023, une convention cadre de partages de données a été a été signée au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, pour le démarrage des activités nécessaires à la réalisation de ce projet....
Un homme accusé du meurtre de trois casques bleus guinéens, commis en 2019 dans le sud-ouest de Bamako, a été reconnu coupable et condamné à la peine de mort par le tribunal. Mercredi 25 janvier 2023, la Minusma (Mission de l'Organisation des Nations unies au Mali) a annoncé la condamnation...
Vingt-sept personnes ont été tuées par une "bombe" dans le centre du Nigeria, selon la police. Une information contredite par une association d'éleveurs de bétail qui parle, elle, d'une frappe aérienne de l'armée. Une "enquête approfondie" a été réclamée. Que s'est-il réellement passé mercredi 25 janvier 2023 dans le village...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32