Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : retour de l’ancien président Blaise Compaoré

Blaise Compaoré l’ex-chef de l’État, en exil en Côte d’Ivoire depuis 2014, participe à un sommet consacré à « l’unité nationale ». En dépit de sa condamnation lors du procès des assassins de Thomas Sankara, ce retour fait figure de test.

Le jeudi 7 juillet Blaise Compaoré est de retour dans son pays, dont il avait été chassé en 2014.  Nombreux sont les partisans de l’ancien président, présents à l’aéroport de Ouagadougou, attendant l’arrivée de l’ancien président.

Blaise Compaoré doit séjourner « quelques jours » dans à Ouagadougou, avant de repartir à Abidjan. Il devrait participer vendredi à une rencontre pour « l’intérêt supérieur de la nation », selon la présidence burkinabée. Le mini-sommet a été organisé par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui a renversé début 2022 le président Roch Marc Christian Kaboré.  Il s’agit de répondre à l’urgence du moment : « accélérer la réconciliation nationale » face aux attaques djihadistes meurtrissent et déstabilisent le pays depuis 2015.

Blaise Compaoré âgé maintenant de 71 ans, fait l’objet d’une condamnation à perpétuité, prononcée en avril dans le cadre du procès des assassins de l’ex-président Thomas Sankara. Cependant Blaise Compaoré devrait séjourner sans être inquiété dans une villa sécurisée du quartier de Ouaga 2000, près du palais présidentiel.

Le retour de Blaise Compaoré intervient à un moment difficile pour la junte au pouvoir. D’abord salués par la rue, les membres de la junte ne font pour le moment pas leurs preuves dans la lutte contre les attaques djihadistes. Attaques qui ont fait 2 millions de déplacés et des milliers de morts. Aussi le dirigeant actuel, mise sur une « union sacrée » dans la lutte contre le terrorisme.

Ainsi, le lieutenant-colonel Damiba a reçu l’ancien président Kaboré, libéré après cinq mois de résidence surveillée, et Jean-Baptiste Ouédraogo le 21 juin. « Nous devrons tôt ou tard nous regarder dans les yeux, nous parler et nous pardonner » a ainsi affirmé M. Damiba.

Dans le cas de Blaise Compaoré, la situation est plus compliquée car elle implique les descendants de Thomas Sankara et la « réconciliation » reste à créer. Certains Burkinabés pensent quant à eux qu’un retour de celui qui avait noué des contacts avec les islamistes armés de la région pourrait stabiliser le pays à nouveau. « Avant, on avait la paix, mais depuis qu’il est parti on souffre trop, c’est un homme de dialogue, il peut nous aider » précise ainsi Abdoulaye Diallo, un militant de son parti. 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...