Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
« Africa Fashion » : quand la mode africaine s’expose à Londres, et entre au musée

La mode africaine est exposée au Victoria and Albert Museum qui présente les créations de stylistes du milieu du XXᵉ siècle et des marques contemporaines. 

Le 2 juillet s’ouvre au Victoria and Albert Museum à Londres, une première grande exposition consacrée à la mode africaine. L’exposition célèbre la créativité, la magie et l’émotion des stylistes du continent africain.  « Nous voulions célébrer l’incroyable scène de la mode africaine aujourd’hui déclare Elisabeth Murray, conceptrice de l’événement.  « Évidemment, c’est impossible de résumer un continent de la mode, donc le but de l’exposition est vraiment de donner un aperçu du glamour et de la politique de la scène de la mode. »

Le V&A Museum est tout entier consacré à l’art et au design. La conservatrice Christine Checinska fait néanmoins remarquer que « la créativité africaine a été grandement exclue ou mal représentée en raison de la division historique entre les musées d’art et d’ethnographie qui résulte de nos racines coloniales et de principes racistes ancrés ». Les mouvements antiracistes ont amené depuis quelques années, le Royaume-Uni à réfléchir sur son passé colonial.

« Africa Fashion » est donc la plus grande exposition dédiée à la mode africaine au Royaume-Uni. Elle s’ouvre avec l’ère de l’indépendance, années de libération et de grande transformation politique, sociale et culturelle, quand s’habiller peut s’apparenter à un acte politique.

Sont présentés la grande diversité des tissus produits en terres africaines ; aso oke, ankara, bogolan… C’est le sculpteur El Anatsui qui témoigne à sa manière, du caractère essentiel du tissu en Afrique : « Le tissu est à l’Africain ce que les monuments sont aux Occidentaux. » Des étoffes sont réinventées à l’instar de l’adire, un tissu teint à l’indigo, traditionnellement produit dans le sud-ouest du Nigeria et aujourd’hui diffusé par des marques telles que Maki Oh, Lagos Space Programme et Orange Culture.

Se côtoient les créations de stylistes du milieu du XXe siècle, dont le Nigérien Alphadi, le Malien Chris Seydou ou la Nigériane Shade Thomas-Fahm, et les créateurs contemporains comme la Nigériane Bubu Ogisi, qui utilise les tissus et techniques issues du continent.

Ce qui rassemble ces différents créateurs est une sorte de « lien qui relie tout cela, la passion de la culture » précise le styliste Artsi Ifrach. « L’idée est de provoquer les souvenirs des gens, de leur faire ressentir quelque chose ».

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Parlement s’est saisi du sujet de l’accès à la propriété en Sierra Leone. L’objectif est de favoriser l’accès aux terres des habitants. Le Parlement de la Sierra Leone a adopté une loi qui pourrait modifier le paysage foncier de la Sierra Leone. La loi sur les droits fonciers coutumiers...
Une coalition constituée de partis, syndicats et organisations de la société civile, appelle à manifester le 17 août. Elle souhaité ainsi dénoncer ce qu’elle considère être une « gestion unilatérale de la transition ».  En Guinée, le Front national pour la défense de la Constitution, un collectif appelle à une nouvelle...
Au Nigeria, les habitants sont confrontés à une hausse des prix si spectaculaire, qu’ils achètent leurs produits de première nécessité en très petites quantités, ce qui leur revient finalement plus cher. Etranglés par le coût de la vie, les Nigérians achètent désormais leurs produits de première nécessité en petite quantité,...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...