Deprecated: File class-oembed.php is deprecated since version 5.3.0! Use wp-includes/class-wp-oembed.php instead. in /home/u859680659/domains/tribuneouest.com/public_html/wp-includes/functions.php on line 5643
Niger : le djihadisme frappe encore à la frontière avec le Burkina Faso Niger : le djihadisme frappe encore à la frontière avec le Burkina Faso
Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Niger : le djihadisme frappe encore à la frontière avec le Burkina Faso
Niger : le djihadisme frappe encore à la frontière avec le Burkina-Faso

Selon un bilan provisoire du gouvernement nigérien, 8 gendarmes sont morts et 33 blessés lors d’une embuscade djihadiste, mardi 14 juin, à Waraou, une localité située dans le département de Gothèye (Sud-Ouest), près du Burkina Faso. L’État islamique au Grand Sahara (EIGS) serait à l’origine de cette attaque, relaie Le Figaro, qui indique que 50 belligérants ont aussi perdu la vie.

Le ministère nigérien de la Défense a confirmé l’information via un communiqué :

« Ce jour, aux environs de 05H30 locales, le détachement de la gendarmerie nationale de Waraou (…) a fait l’objet d’une attaque par des groupes armés terroristes aux guidons de plusieurs dizaines de motos et de véhicules (…) La réaction énergique des éléments du détachement avec le renfort terrestre et aérien, tant national que celui des partenaires, a permis de mettre en déroute l’ennemi. »

Cet évènement funeste n’est pas sans rappeler le décès de 7 membres de la commission électorale nationale (CENI) en février 2021. Ces derniers avaient en effet rejoint les cieux dans la région, victimes d’une mine située sur une route de Waraou.

Face à cette menace toujours plus forte, le média précise que « le président nigérien, Mohamed Bazoum, a amorcé une nouvelle approche ces derniers mois, celle du dialogue avec des djihadistes, afin de tenter de retrouver la paix. Mais la riposte militaire se poursuit puisque quelque 12 000 soldats nigériens combattent dans une dizaine d’opérations antidjihadistes, dont près de la moitié le long des plus 1400 km de frontières avec le Mali et le Burkina Faso ».

Le retrait du Mali enterre pratiquement le G5 Sahel

Pour rappel, les autorités maliennes, ont annoncé le 15 mai « se retirer de tous les organes et instances du G5 Sahel, y compris la force conjointe ». Cela relève de la logique de rupture avec la France, maintenant bien connue.

Depuis, les autorités maliennes n’ont pas changé de position, ajoute RFI. Ces dernières viennent même de donner des instructions pour un désengagement des soldats maliens affectés à la force conjointe du G5 dans les prochains jours.

Du retard à l’allumage…

Dans les faits, cette force conjointe (Tchad, Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso) était chargée initialement de lutter efficacement et durablement contre la menace djihadiste particulièrement prégnante dans la région. Et de prendre le relais, à terme, de la force française, Barkhane, déployée notamment dans le nord du Mali où elle combattait les groupes terroristes

Pour autant, la mise en place durable du dispositif peinait à se dessiner tant les problèmes de logistique et de financement furent légion. Pire, les attaques récurrentes contre les positions du G5, notamment au Niger, au Mali et au Burkina Faso, ne faisaient que renfoncer cette zone d’incertitude autour de la pérennité de l’organisation.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis le 24 août, 170 migrants partis du Sénégal dans des conditions de fortune stagnent sur un navire de la marine espagnole qui leur a portés secours en mer. Proche des côtes mauritaniennes, ce dernier demande en vain aux autorités locales de les accueillir puisque Madrid refuse également de le...
Un accord de compensation carbone pourrait voir le Libéria concéder 10% de son territoire à une entreprise privée émiratie, ce qui accorderait à l'Etat du golfe Persique des droits de pollution équivalents à la séquestration du carbone de la forêt, relaie Middle East Eye. Dans les faits, l'accord donnerait à...
Les autorités nigérianes poursuivent leur inlassable combat contre les détournements d'or noir effectués par des bandes organisées dans le delta du Niger. Selon RFI, "une nouvelle opération militaire dans la région de Warri a permis de détruire 14 réservoirs contenant des centaines de milliers de litres de produit raffinés illégalement....
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...