Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Ghana : les banques restent solides malgré l’inflation et la dépréciation du Cedi
Ghana : les banques restent solides malgré l'inflation et la dépréciation du Cedi

Touché comme l’ensemble de la planète par une inflation galopante – liée en autres au conflit ukrainien, mais aussi par une dépréciation de la monnaie locale, le cedi – le Ghana présente toutefois un marché bancaire toujours solide.

+23%, tel est le chiffre de l’inflation frappant désormais Accra. Sans surprise, il s’agit d’une donnée catastrophique pour l’ensemble de la population qui souffre également de la chute du Cedi… la plus importante depuis 10 ans. Le Ghana se trouve donc de facto en situation de faiblesse sur le plan des échanges internationaux. Importer devient en effet extrêmement coûteux, sachant que les stocks de devises internationales locales sont loin de pouvoir solutionner cette épineuse équation.

La Banque centrale se veut rassurante

Pourtant, la Banque centrale du pays a fait savoir à l’occasion de son comité de politique monétaire, fin mai, que les indicateurs de performance du secteur demeuraient solides. Et cela, dans un communiqué relayé par L’Agence Ecofin :

« Il y a une croissance du total des actifs, des investissements, de la profitabilité, de la liquidité, de la solvabilité et des dépôts. L’actif global du secteur est passé à 194,3 milliards GH¢ à la fin du mois d’avril 2022. Il affiche ainsi une progression de 24,8 % par rapport au 16,4 % de croissance pour la même période, l’année précédente. La qualité des actifs s’est améliorée, avec un ratio de créances douteuses qui a diminué à 14,3 % contre 15,5 % sur la période de comparaison », note ainsi la Bank of Ghana. Sans nul doute, le deuxième semestre 2022 devrait permettre d’y voir plus clair dans ce dossier.

Par ailleurs, le média précise « qu’à son niveau actuel, la hausse généralisée des prix est plus élevée que les gains générés par les titres d’emprunts publics du gouvernement remboursables dans 10 ans, et qui offrent un taux d’intérêt de 21,8%. Les banques dont les actionnaires sont majoritairement des Ghanéens devraient apprécier cette évolution des choses. Même si la Banque centrale a augmenté son principal taux directeur à 19%, ces institutions financières peuvent encore tirer un solide rendement des bons du Trésor à moins de 6 mois, qui rapportent une moyenne de 16,2% d’intérêt ».

A suivre…

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Parlement s’est saisi du sujet de l’accès à la propriété en Sierra Leone. L’objectif est de favoriser l’accès aux terres des habitants. Le Parlement de la Sierra Leone a adopté une loi qui pourrait modifier le paysage foncier de la Sierra Leone. La loi sur les droits fonciers coutumiers...
Une coalition constituée de partis, syndicats et organisations de la société civile, appelle à manifester le 17 août. Elle souhaité ainsi dénoncer ce qu’elle considère être une « gestion unilatérale de la transition ».  En Guinée, le Front national pour la défense de la Constitution, un collectif appelle à une nouvelle...
Au Nigeria, les habitants sont confrontés à une hausse des prix si spectaculaire, qu’ils achètent leurs produits de première nécessité en très petites quantités, ce qui leur revient finalement plus cher. Etranglés par le coût de la vie, les Nigérians achètent désormais leurs produits de première nécessité en petite quantité,...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...