Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
L’ONU félicite la Mauritanie pour sa lutte contre l’esclavage
Mauritanie esclavage IRA

L’esclavage gangrène la Mauritanie contre vents et marées. Et cela, depuis trop longtemps. Néanmoins, les Nations Unies considèrent que Nouakchott fait des progrès dans sa lutte contre ce fléau.

A la clôture d’une visite de 10 jours dans le pays, Tomoya Obokata, Rapporteur spécial de l’ONU, a en effet indiqué que depuis sa dernière visite en 2014, « la Mauritanie a pris des mesures importantes pour combattre l’esclavage, avec une plus grande volonté de discuter ouvertement de ces questions (épineuses) ».

Néanmoins, l’intéressé a « appelé les autorités à prendre des mesures urgentes pour accélérer la mise en œuvre de la législation anti-esclavagiste mauritanienne et à résoudre les problèmes pratiques, juridiques, et les obstacles sociaux qui empêchent les personnes touchées par l’esclavage d’aller en justice et d’atteindre l’égalité ».

Langue de bois

Dans les faits, la position de l’Etat mauritanien sur cette triste réalité peut laisser perplexe, puisque outre son abolition en 1981, ce dernier a également érigé l’esclavage au rang de crime contre l’humanité, en vertu d’une loi votée en août 2015. Un texte sensé sanctionner  les contrevenants à des peines pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement, contre 5 à 10 ans auparavant.

Toutefois, les résultats demeurent aux abonnés absents, puisque 43 000 personnes subissaient encore les conséquences de l’esclavage en 2016. Soit environ 1% de la population totale, souligne un rapport d’Amnesty International. Un chiffre qui continuera à prospérer, donc, faute d’une réelle volonté gouvernementale d’inverser la tendance.

« Les lois n’ont pas été mises en œuvre ni appliquées de manière adéquate. En conséquence, ces textes n’ont vraiment eu aucune incidence sur la vie des gens », pestait ainsi en mars 2019 Alioune Tine, le directeur de l’organisation pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. Quant à François Patuel, chercheur pour l’Afrique de l’Ouest, ce dernier tirait à boulets rouges sur la langue de bois des autorités « qui ont choisi de s’en prendre à ceux qui s’opposent au discours officiel ».

Les Mauritaniens main dans la main pour défendre les droits des Haratins

Pour rappel, les Mauritaniens ont défilé en masse au printemps 2019 pour dénoncer le sort réservé par l’Etat aux descendants d’esclaves. La société civile défendait ainsi l’égalité d’accès aux droits sociaux, politiques et économiques des Haratins.

Ces descendants d’esclaves noirs – amenés des régions subsahariennes par les marchands arabes ou berbères, ou issus de la période d’esclavagisme du monde arabo-musulman – font malheureusement l’objet d’une large marginalisation par les élites locales.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Parlement s’est saisi du sujet de l’accès à la propriété en Sierra Leone. L’objectif est de favoriser l’accès aux terres des habitants. Le Parlement de la Sierra Leone a adopté une loi qui pourrait modifier le paysage foncier de la Sierra Leone. La loi sur les droits fonciers coutumiers...
Une coalition constituée de partis, syndicats et organisations de la société civile, appelle à manifester le 17 août. Elle souhaité ainsi dénoncer ce qu’elle considère être une « gestion unilatérale de la transition ».  En Guinée, le Front national pour la défense de la Constitution, un collectif appelle à une nouvelle...
Au Nigeria, les habitants sont confrontés à une hausse des prix si spectaculaire, qu’ils achètent leurs produits de première nécessité en très petites quantités, ce qui leur revient finalement plus cher. Etranglés par le coût de la vie, les Nigérians achètent désormais leurs produits de première nécessité en petite quantité,...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...