Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sanctions au Mali et répercutions au Sénégal

Le Sénégal et le Mali entretiennent depuis longtemps des échanges commerciaux serrés. Les sanctions contre le Mali génèrent des conséquences pour le Sénégal sur différents pans de l’économie.

 Les mesures coercitives prises le 9 janvier par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) à l’encontre du Mali pour sanctionner la junte au pouvoir, ont de simpacts immédiats sur les échanges enytre le Sénégal et le Mali. Les sanctions imposent un embargo sur les transactions financières et les échanges commerciaux, à l’exception des hydrocarbures et des denrées de première nécessité comme le riz, le sucre, l’huile ou les produits pharmaceutiques. De fait, en ce qui concerne par exemple, le ciment, le fer, le sel, la viande de mouton (…) Dakar est dépendant de ses échanges commerciaux avec Bamako alors même que l’on assiste à une hausse généralisée des prix alimentaires.

En effet le trafic entre les deux pays est très largement handicapé alors que le Mali est le premier partenaire commercial du Sénégal.

Pour preuve des problèmes actuels, avant l’embargo, 900 camions maliens ou sénégalais quittaient chaque jour le port de Dakar. Aujourd’hui 620 camions sont bloqués à Kidira, et dans d’autres villes le long du corridor commercial qui relie Dakar à Bamako. « Si l’État sénégalais nous avait donné un délai avant d’appliquer l’embargo, les transporteurs auraient pu gérer la situation et rester au port de Dakar. L’État doit réparer cette injustice », réclame Gora Khouma, secrétaire général de l’Union des transporteurs routiers du Sénégal.

Et qui dit problèmes de transports, dit conséquences en chaînes. Restaurateurs, mécaniciens, vendeurs et vendeuses d’eau ou de fruits et légumes notamment sont aujourd’hui sans revenu.Ce commerce informel qui fait vivre des centaines de personnes est mis en difficulté par la rupture de flux entre les deux pays.  « Ces travailleurs invisibles sont surtout des femmes qui se battent pour nourrir leur famille et sont oubliées, sans aucune aide de l’Etat » précise Khadim Bamba Diagne enseignant-chercheur à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Si les flux terrestres sont impactés, il en va de même pour les flux maritimes. Au port de Dakar ; la situation est difficile : « c’est une grosse perte pour nous car 70 % du fret malien passe par Dakar, soit 4 millions de tonnes marchandises en transit chaque année, chiffre Mamadou Corsère Sarr, de la Communauté des acteurs portuaires (CAP) du Sénégal. Aujourd’hui, tout est à l’arrêt, nous n’avons plus d’activités vers le Mali à part les denrées de première nécessité. »

Les entrepôts sont remplis à craquer, provoquant une hausse des prix. Les compagnies de fret sont à la recherche d’autres aires de stockage. L’embargo décidé par la CEDEAO, freine le souhait de développement du Sénégal, qui ambitionne de se positionner comme un hub commercial et une porte d’entrée vers l’Afrique de l’Ouest.  Aussi, il serait envisageable que les institutions africaines accompagnent les pays touchés par l’embargo comme le Sénégal ou la Côte d’Ivoire. Et ce en créant un « fonds de stabilisation » pour amortir le choc.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement ivoirien a relancé le projet d’adressage de la ville d’Abidjan. Mardi 24 janvier 2023, une convention cadre de partages de données a été a été signée au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, pour le démarrage des activités nécessaires à la réalisation de ce projet....
Un homme accusé du meurtre de trois casques bleus guinéens, commis en 2019 dans le sud-ouest de Bamako, a été reconnu coupable et condamné à la peine de mort par le tribunal. Mercredi 25 janvier 2023, la Minusma (Mission de l'Organisation des Nations unies au Mali) a annoncé la condamnation...
Vingt-sept personnes ont été tuées par une "bombe" dans le centre du Nigeria, selon la police. Une information contredite par une association d'éleveurs de bétail qui parle, elle, d'une frappe aérienne de l'armée. Une "enquête approfondie" a été réclamée. Que s'est-il réellement passé mercredi 25 janvier 2023 dans le village...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32