Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : près de 600 personnes tuées en 2021
mali pres 600 personnes tuees 2021 - TribuneOuest

Un rapport de la mission Minumsa (Mission multidimensionnelles intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali) rendu le jeudi 24 mars 2022, indique que 600 civils ont été tués au mali en 2021 dans des violences commises essentiellement par des groupes armés djihadistes, mais aussi par des milices d’autodéfense et par les forces armées.

Selon un document des Nations unies, près de 600 personnes auraient été tuées en 2021 au Mali.

Depuis 2012, le pays connaît une croissance de violences sur son sol et a connu ses six derniers mois une augmentation de 16 % du nombre de personnes tuées par rapport aux six premiers mois, selon une note de la division des droits humains de la Minusma et portant principalement sur le second semestre de l’année 2021.

D’après le texte, « 318 personnes ont trouvé la mort dans les violences au cours du second semestre. Le chiffre était de 266 au premier semestre ». Le rapport stipule par ailleurs que, « les enlèvements ont, quant à eux, diminué, passant de 425 à 343 d’un semestre à l’autre ».

Terroristes, milices d’autodéfense et forces armées : tous responsables

« des pans entiers du territoire du cercle de Niono sont sous le contrôle du JNIM », explique le document. Il s’agit du Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al-Qaida.

Le GSIM « et les autres groupes similaires ont multiplié les attaques contre des civils » précise le texte.

D’après un comptage réalisé par l’AFP depuis trois rapports différents de la Minusma pour 2021, « sur les 584 civils tués (cette année là) la mort de plus de la moitié d’entre eux est imputée aux groupes islamistes radicaux, et celle de 122 autres aux groupes proclamés d’autodéfense communautaire ».

« Les forces armées maliennes ont exécuté arbitrairement au moins sept civils et tué un autre homme par balles », le 25 octobre dans la région centre de N’Dola, rapporte le document.

Des accusations d’exactions réfutées par les autorités maliennes.

Mais les groupes d’autodéfense ne sont pas en reste : des miliciens dogons Dan Nan Ambassagou, « se sont attaqués aux civils soupçonnés d’être de connivence avec le GSIM et les groupes radicaux », d’après le rapport onusien.

Antonio Guterres, a dans ce même rapport, appelé au respect des droits humains lors des opérations antiterroristes sur le sol malien.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
Le procès était attendu. En exil au Burkina Faso depuis 2009, le capitaine Dadis Camara est rentré en Guinée, le 21 décembre 2021, pour répondre  à la convocation de la justice de son pays, à en croire ses avocats. Il comparait  devant le tribunal, depuis mercredi, avec une dizaine de...
La Banque centrale nigériane a augmenté son principal taux de prêt à 15,5% pour contrer une inflation nationale, mais aussi mondiale, de plus en plus galopante.  Contrer l'inflation et limiter la pression intense conjoncturelle pesant sur la monnaie nigériane, le naira, tel est l'objectif à très court terme mené par...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...