Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sénégal et Casamance :  opération militaire contre la rébellion

Depuis le 13 mars, les populations sénégalaises du nord de la Casamance fuient et traversent la frontière pour se rendre en Gambie.

La décision du gouvernement d’agir afin de « démanteler les bases de la faction Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) de Salif Sadio » et « préserver l’intégrité du territoire national » met à mal la région. L’opération militaire d’envergure doit venir mettre un terme à l’un des plus anciens conflits que l’Afrique connaît. En effet depuis quarante ans des rebelles indépendantistes défient l’État sénégalais.

Pourtant depuis 2012, la zone géographique était relativement calme. En 2012, l’un des chefs des rebelles, Salif Sadio, avait déclaré un cessez-le-feu unilatéral. Pourtant depuis peu la Gambie voisine avait fait état de problèmes et l’Agence nationale gambienne de gestion des catastrophes (NDMA) a recensé en une semaine 6 350 personnes fuyant les violences. Les réfugiés sont accueillis par les villageois des communes proches.

Cette opération militaire est décisive dans le conflit opposant l’État sénégalais aux rebelles de Casamance. En effet, « dans la mesure où Salif Sadio représente l’élément le plus radical et le plus déterminé de la rébellion » et considérant que celui-ci est très affaibli politiquement ; en raison de la désaffection des soutiens gambiens et guinéens.

Selon Jean-Claude Marut, chercheur au laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM) et spécialiste de du conflit Sénégal-Casamance, « depuis le départ du président gambien Yahya Jammeh en 2017, qui était un protecteur de Salif Sadio, les positions du MFDC étaient encerclées et privées de bases arrière et d’approvisionnement en armes. L’armée sénégalaise était prête. Cet accrochage lui a fourni une occasion de lancer une opération ». En fait d’accrochage, des affrontements meurtriers avaient fait des quatre victimes ; quatre soldats sénégalais membres de la mission militaire ouest-africaine Ecomig en Gambie. « Il fallait s’attendre à une réaction de l’armée sénégalaise » précise Jean-Claude Marut.

Le chercheur considère que l’issue de ces affrontements entre « quelques centaines de combattants du côté de Salif Sadio » et l’armée sénégalaise comptant « autour de 5 000 hommes bien armés, équipés et entraînés » impactera la suite et la nature du conflit

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...