Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : treize gendarmes tués, plusieurs portés « disparus »
burkina faso treize gendarmes tues plusieurs portes disparus - TribuneOuest

Dans la région nord du Burkina Faso, où les attaques meurtrières djihadistes se multiplient, treize gendarmes ont été tués dimanche 13 mars 2022 lors d’une embuscade. D’autres sont encore portés « disparus ».

Selon une source sécuritaire, au moins treize gendarmes ont été tués lors d’une attaque près de Taparko, localité minière située au nord du Burkina Faso.

Treize morts et huit portés disparus

« Une équipe de gendarmerie de Dori est tombée dans une embuscade tendue par des individus armés cet après-midi aux environs de Taparko. Le bilan provisoire fait malheureusement état de treize gendarmes décédés. Plusieurs autres sont toujours portés disparus », a indiqué à l’AFP une source sécuritaire.

« Des renforts ont été déployés sur zone et des opérations de ratissage sont entreprises », d’après une autre source sécuritaire. Selon cette dernière, « huit éléments manquent toujours à l’appel ».

Récidives sur le même axe

Dimanche, au moment des faits, les gendarmes visés étaient en mission de reconnaissance et de sécurisation sur l’axe Taparko-Tougouri. « Plus tôt dans la matinée, deux personnes avaient été tuées dans l’explosion d’un engin artisanal au passage d’un car de transport », a indiqué la source à l’AFP. Plusieurs autres personnes ont été blessées, dont « deux grièvement touchés », et transportés au centre médical de Tougouri.

Vendredi 11 mars, un explosif avait déjà été déclenché sur le même axe de la route nationale 3, faisant deux blessés légers et des dégâts matériels considérables.

Des chiffres effarants

Depuis 2015, le Burkina Faso, et particulièrement les régions du nord et de l’est, fait face à des attaques djihadistes récurrentes. En tout, elles ont fait plus de 2 000 morts et plus d’1,7 millions de déplacés.

Selon l’AFP, les attaques avec des engins explosifs improvisés ont coûté la vie à environ 300 personnes (civils et militaires).

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, au pouvoir après le coup d’État militaire qui a renversé le président Roch Marc Christian Kaboré, a fait de la lutte contre le djihadisme, sa « priorité ».

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement ivoirien a relancé le projet d’adressage de la ville d’Abidjan. Mardi 24 janvier 2023, une convention cadre de partages de données a été a été signée au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, pour le démarrage des activités nécessaires à la réalisation de ce projet....
Un homme accusé du meurtre de trois casques bleus guinéens, commis en 2019 dans le sud-ouest de Bamako, a été reconnu coupable et condamné à la peine de mort par le tribunal. Mercredi 25 janvier 2023, la Minusma (Mission de l'Organisation des Nations unies au Mali) a annoncé la condamnation...
Vingt-sept personnes ont été tuées par une "bombe" dans le centre du Nigeria, selon la police. Une information contredite par une association d'éleveurs de bétail qui parle, elle, d'une frappe aérienne de l'armée. Une "enquête approfondie" a été réclamée. Que s'est-il réellement passé mercredi 25 janvier 2023 dans le village...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32