Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : le Conseil de sécurité de l’ONU se dit préoccupé

 

L’ONU s’est exprimé le 9 février au sujet du Burkina Faso. Les 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont approuvé mercredi une déclaration commune exprimant leur préoccupation face à la situation.

Les 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU n’ont pas condamné ouvertement le coup d’État militaire survenu le 24 janvier mais dans une déclaration commune ont fait savoir leur grande préoccupation quant aux événements du moment au Burkina Faso : Le Conseil de sécurité de l’ONU est « gravement préoccupé par le changement inconstitutionnel du gouvernement «

Le texte a été rédigé par le Ghana et demande la libération du président renversé Roch Marc Christian Kaboré. Il fut difficile de trouver un accord entre les pays membres du Conseil de sécurité ; notamment avec la Russie. La Russie a fait amender une requête initiale stipulant que le Conseil de sécurité réclamait à la junte « de faciliter le retour rapide à l’ordre constitutionnel ».

La déclaration finale cependant précise « prendre note » de la suspension du Burkina Faso de l’Union africaine et de la Cédéao « jusqu’au rétablissement rapide et effectif de l’ordre constitutionnel par les autorités militaires ».

La déclaration adoptée, montre l’inquiétude de l’ONU, « préoccupée par l’impact négatif des changements anticonstitutionnels de gouvernement dans la région ». Cette phrase vient faire écho aux coups d’État militaires survenus au Mali et en Guinée. Le texte fait également état des inquiétudes face à « l’augmentation des activités terroristes et la situation socio-économique désastreuse » pour cette même région.

La déclaration du Conseil « demande la libération et la protection du président Roch Marc Christian Kaboré et d’autres responsables gouvernementaux » arrêtés ou mis en résidence surveillée depuis le coup d’État militaire. Les 15 membres du Conseil de sécurité expriment « leur soutien aux efforts de médiation régionaux » pour résoudre la crise au Burkina Faso alors qu’une mission conjointe de représentants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et du bureau de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest a été organisée récemment dans le pays.

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
Le procès était attendu. En exil au Burkina Faso depuis 2009, le capitaine Dadis Camara est rentré en Guinée, le 21 décembre 2021, pour répondre  à la convocation de la justice de son pays, à en croire ses avocats. Il comparait  devant le tribunal, depuis mercredi, avec une dizaine de...
La Banque centrale nigériane a augmenté son principal taux de prêt à 15,5% pour contrer une inflation nationale, mais aussi mondiale, de plus en plus galopante.  Contrer l'inflation et limiter la pression intense conjoncturelle pesant sur la monnaie nigériane, le naira, tel est l'objectif à très court terme mené par...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...