Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Au Mali, un camp de Barkhane ciblé par des tirs de mortier

Le camp français de l’opération Barkhane a été la cible de tirs de mortier samedi 22 janvier dans après-midi. C’est le camp de Gao, dans le Nord du Mali qui était visé.

Une source militaire française a fait état d’une attaque aux mortiers et de tirs « indirects » attribués à de présumés djihadistes. La France a entrepris en juin de réorganiser son dispositif militaire en quittant ses trois bases les plus septentrionales au Mali (Tessalit, Kidal et Tombouctou) pour se concentrer sur les zones de Gao et Ménaka.

Cette attaque intervient donc alors que la réorganisation de la présence militaire française au Mali est en cours avec la fin programmée de l’opération Barkhane. Après neuf ans de présence au Sahel, le plan Barkhane prévoit une réduction des effectifs au Sahel, de 5000 actuellement, à 2500/3000 d’ici à 2023. Cependant le Mali est plongé dans une grave crise sécuritaire et politique depuis le début des insurrections indépendantiste et djihadiste en 2012. Et les djihadistes continuent d’exercer leurs exactions dans cette région dite des trois frontières, aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso.  Ce n’est pas la première fois que l’on dénonce des attaques contre la base de Gao. En décembre 2021 déjà des tirs de mortier avaient déjà été signalés sur les bases de Gao et Ménaka.

Le Mali est en proie à de nombreux tourments. Outre la problématique djihadiste, le pays est confronté à des problèmes de gouvernance. Le colonel Assimi Goïta, porté au pouvoir par un premier coup d’État en août 2020, a été investi président «de la transition » à la suite d’un second coup d’État en mai 2021.

Aussi le Mali est confronté depuis mi-janvier à de lourdes sanctions de l’organisation ouest-africaine Cédéao, contre le projet de la junte militaire. Celle-ci ambitionne de continuer à gouverner pendant plusieurs années, et a annulé l’organisation en février 2022 des élections qui auraient ramené les civils à la tête du pays.

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les causes de la mort de trois manifestants lors du blocage d’un convoi militaire français au Niger en novembre 2021 demeurent inconnues. En décembre 2021, le président nigérien avait ouvert une enquête sur les affrontements qui avaient éclaté au passage d’un convoi de l’opération « Barkhane ». Or le 17 mai, le gouvernement a annoncé...
Selon Geneviève Begkoyian, responsable santé à l’Unicef en République démocratique du Congo, on assiste à une véritable « catastrophe » en Afrique en matière de couverture vaccinale. En cause, la pandémie de Covid-19. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Unicef se sont exprimés sur les effets de la pandémie de Covid-19...
Le porte-parole du gouvernement a annoncé que le Mali envisage de « se retirer de tous les organes » du G5 Sahel créé en 2004.   Le Mali se retire du G5 Sahel. Les autorités maliennes, ont annoncé le 15 mai « se retirer de tous les organes et instances du G5 Sahel, y...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...