Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : le pays rappelle ses ambassadeurs en Afrique de l’Ouest après la série de sanctions imposées par la Cédéao
mali pays rappelle ambassadeurs afrique louest apres serie sanctions imposees cedeao - TribuneOuest

La Cédéao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) réunie à Accra dimanche 9 janvier 2022, a rendu sa décision de sanctionner la junte puisque celle-ci n’a pas proposé de calendrier « acceptable » des élections présidentielles et législatives destinées à rendre leur pouvoir aux civils. Les autorités au pouvoir malien ont, en réponse, annoncé ce lundi 10 janvier 2022 le rappel de ses ambassadeurs en Afrique de l’Ouest et la fermeture des frontières avec ses voisins d’Afrique de l’Ouest.

La tension monte rapidement au Mali entre la junte et les dirigeants de la Cédéao.

En réaction aux sanctions décidées (fermeture des frontières maliennes et gel des aides financières), et applicables immédiatement, par celle-ci lors d’un sommet extraordinaire qui s’est tenu dimanche 9 janvier, un porte-parole du colonel Abdoulaye Maïga, a déclaré ce lundi 10 dans sa lecture d’un communiqué à la télévision nationale : « Le gouvernement du Mali condamne ces sanctions illégales et illégitimes et rappelle ses ambassadeurs dans les pays de la Cédéao ».

« Le gouvernement du Mali regrette que des organisations sous-régionales ouest-africaines se fassent instrumentaliser par des puissances extra-régionales aux desseins inavoués », a-t-il encore déclaré, sans les nommer.

C’est ainsi que la junte a annoncé fermer elle aussi, ses frontières avec les pays de la Cédéao.

Un calendrier « inacceptable »

Dimanche, deux sommets extraordinaires se tenaient pour la première fois consécutivement : celui de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) puis tout de suite après, de la Cédéao. Deux réunions qui ont permis aux différents dirigeants des États de l’Afrique de l’Ouest de décider des sanctions lourdes attribuées au Mali.

Selon eux, le pouvoir de transition en place depuis le putsch d’août 2020 et celui de mai 2021, est sanctionné pour ne pas tenir la promesse d’organiser les élections présidentielles et législatives prévues initialement en février 2022. La junte a proposé dimanche, avant le sommet, un nouveau calendrier, mais il n’était pas « acceptable » selon les dirigeants, qui ont déploré que les civils devraient attendre 2026 avant de pouvoir voter.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement ivoirien a relancé le projet d’adressage de la ville d’Abidjan. Mardi 24 janvier 2023, une convention cadre de partages de données a été a été signée au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, pour le démarrage des activités nécessaires à la réalisation de ce projet....
Un homme accusé du meurtre de trois casques bleus guinéens, commis en 2019 dans le sud-ouest de Bamako, a été reconnu coupable et condamné à la peine de mort par le tribunal. Mercredi 25 janvier 2023, la Minusma (Mission de l'Organisation des Nations unies au Mali) a annoncé la condamnation...
Vingt-sept personnes ont été tuées par une "bombe" dans le centre du Nigeria, selon la police. Une information contredite par une association d'éleveurs de bétail qui parle, elle, d'une frappe aérienne de l'armée. Une "enquête approfondie" a été réclamée. Que s'est-il réellement passé mercredi 25 janvier 2023 dans le village...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32