Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Togo : deux journalistes indépendants placés en détention
togo deux journalistes independants places detention - TribuneOuest

Ferdinand Ayité et Joël Egah, deux journalistes indépendants critiques du pouvoir, ont été arrêtés pour « diffamation et outrage à l’autorité ». Amnesty International a dénoncé leur « détention arbitraire ».

Deux journalistes togolais, Ferdinand Ayit, directeur de publication du bihebdomadaire L’Alternative et Joël Egah, celui de l’hebdomadaire Fraternité, ont été arrêtés pour leurs propos « diffamatoires et outrageants pour l’autorité », selon une plainte de deux ministres, diffusés lors d’une émission sur Internet.

Un troisième journaliste, entendu par le juge, a été placé sous contrôle judiciaire pour avoir participé à l’émission.

« Atteinte à la liberté d’expression »

Lundi 13 décembre 2021, Amnesty International a dénoncé leur « détention arbitraire » et a exigé leur libération « immédiate ».

« La détention arbitraire des journalistes Ferdinand Ayité et Joël Egah est une atteinte à leur droit à la liberté d’expression. Les autorités cherchent à faire taire les critiques envers les pouvoir », a déclaré Fabien Offner, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

D’après lui, les deux journalistes ont été « placés en détention uniquement pour avoir tenu des propos dans l’émission « L’autre journal », diffusé sur YouTube », dans lesquels « ils critiquaient deux ministres du gouvernement actuel ». « Les propos tenus par ces deux journalistes ne devraient pas fonder leur arrestation ni aucune poursuite pénale. »

Des journaux suspendus

Arrivé au pouvoir en 2005 après le décès de son père, le général Gnassingbé Eyadéma qui avait dirigé le pays pendant trente-huit ans, le président Faure Gnassingbé, a été réélu et contesté par l’opposition.

Au Togo, les organes de presse qui s’en prennent au pouvoir en place, sont régulièrement suspendus par la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC).

Dans ce contexte, L’Alternative et Fraternité, tous deux connus pour critiquer le pouvoir, ont a plusieurs reprises été suspendus et/ou condamnés.

L’Alternative a ainsi été suspendu en février 2021 pour quatre mois par la HAAC, impliquant dans son dossier, l’actuel ministre de l’urbanisme, Koffi Tsolenyanu. En mars 2020, L’Alternative avait déjà été suspendu après le dépôt de plainte de Marc Vizy, l’ancien ambassadeur de France au Togo, et Fraternité, pour sa part avait été suspendu pour deux mois, à la suite d’un article dénonçant la suspension de deux autres journaux.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
Le procès était attendu. En exil au Burkina Faso depuis 2009, le capitaine Dadis Camara est rentré en Guinée, le 21 décembre 2021, pour répondre  à la convocation de la justice de son pays, à en croire ses avocats. Il comparait  devant le tribunal, depuis mercredi, avec une dizaine de...
La Banque centrale nigériane a augmenté son principal taux de prêt à 15,5% pour contrer une inflation nationale, mais aussi mondiale, de plus en plus galopante.  Contrer l'inflation et limiter la pression intense conjoncturelle pesant sur la monnaie nigériane, le naira, tel est l'objectif à très court terme mené par...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...