Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Bénin : Reckya Madougou, figure de l’opposition, a été condamnée à vingt ans de prison
benin reckya madougou figure lopposition condamnee vingt ans prison - TribuneOuest

L’opposante béninoise Reckya Madougou, anciennement garde des sceaux, a été condamnée samedi 11 décembre 2021 à une réclusion criminelle de vingt ans, par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme. Un tribunal créée par le pouvoir en 2018, et accusé de servir d’instrument juridique pour étouffer l’opposition.

Quelques jours après la condamnation de l’opposant Joël Aïvo à une réclusion criminelle de dix ans pour « atteinte à la sûreté de l’État », c’est au tour de Reckya Madougou de faire les frais du pouvoir en place béninois de Patrice Talon.

« Complicité d’actes terroristes »

L’ancienne garde des sceaux, opposante au pouvoir, âgée de 47 ans, a été condamnée samedi 11 décembre 2021, à vingt ans de prison, jugée coupable de « complicité d’actes terroristes », par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet).

« Cette cour a délibérément décidé de clouer au pilori une innocente » a clamé Mme Madougou peu avant l’annonce du verdict. « Je n’ai jamais été je ne serai jamais une terroriste ».

Son avocat, Robert Dossou, s’est exprimé à l’AFP : « C’est triste pour notre justice. Je maintiens qu’il n’y a pas de preuve. Jugée à 6 heures du matin, sans témoins, sans pièces, sans preuve, Teckya Madougou condamnée à vingt ans de prison par trois suppôts du pouvoir. Son crime : avoir incarné une alternance démocratique au régime de Patrice Talon ».

A la barre, Antoine Vey, un autre de ses avocats, avait ouvert l’audience en s’exclamant : « Cette procédure n’est qu’un coup politique. Avant même son arrestation, tout a été orchestré. »

Il a ensuite dénoncé auprès de l’AFP, « un procès qui n’a rien de judiciaire ».

L’ancienne ministre qui s’était présentée aux élections présidentielles d’avril 2021, et dont la candidature avait été rejetée, avait été arrêtée en avril, quelques temps avant le scrutin présidentiel remporté par Patrice Talon réélu avec 86 % des voix.

Bien que le gouvernement affirme que la Criet soit un organe judiciaire totalement indépendant des opinions politiques béninoises, une centaine d’opposants au pouvoir en place sont actuellement en détention, et de nombreuses ONG internationales des droits humains reconnaissent une dérive autoritaire du Bénin depuis la première élection de Patrice Talon en 2016. Le pays a été radié en 2020, de la liste des « pays sûrs » par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra).

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...