Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : le gouvernement s’en prend aux opposants
mali gouvernement sen prend opposants - TribuneOuest

Six mois après la nomination de Choguel Maïga, les opposants maliens dénoncent le gouvernement de vouloir les faire taire.

Le Mali entame ce samedi 11 décembre 2021 la première étape des « assises nationales de la refondation » qui permettra à Bamako de créer un nouveau calendrier électoral.

Taire les voix

Cependant, plusieurs observateurs sur place pensent que les poursuites engagées contre le gouvernement et répondant à une forte demande populaire écartent surtout ceux qui pourraient contester une rallonge du calendrier de la transition.

« Avec Boubèye Maïga, qui se pensait protégé en tant qu’ancien patron des services de renseignement, le pouvoir a envoyé le message que personne au sein de la classe politique n’est intouchable », constate un observateur à Bamako. Selon lui : « Avant sa chute, pour faire passer l’élection frauduleuse de 31 députés auprès de la justice, IBK (Ibrahim Boubacar Keïta) avait dû relever considérablement le revenu des magistrats. Le pouvoir d’aujourd’hui, qui assume sa volonté de museler les voix critiques, tient les juges avec ce dossier. »

Impunité

Plusieurs affaires concernant des personnalités politiques ont été portées devant la justice malienne ces derniers mois : « Un avion présidentiel dont l’achat est suspecté d’avoir donné lieu à des malversations financières, un message audio considéré comme une injure, des critiques envisagées comme des troubles à l’ordre public ou bien encore un terrain qui aurait été acquis illégalement », nous rapport nos confrères du Monde.

A la fin du mois d’août 2021, Soumeylou Boubèye Maïga, l’ancien premier ministre d’IBK, a été inculpé notamment de « faux, usage de faux et falsification de documents » et « d’atteintes aux bien publics par détournements ». Le procureur de la  Cour suprême malienne avait expliqué qu’il ne devait pas s’agir d’« une affaire avec un classement sans suite », car « il n’y a rien de plus dangereux pour la bonne santé d’une République que l’impunité ».

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
Le procès était attendu. En exil au Burkina Faso depuis 2009, le capitaine Dadis Camara est rentré en Guinée, le 21 décembre 2021, pour répondre  à la convocation de la justice de son pays, à en croire ses avocats. Il comparait  devant le tribunal, depuis mercredi, avec une dizaine de...
La Banque centrale nigériane a augmenté son principal taux de prêt à 15,5% pour contrer une inflation nationale, mais aussi mondiale, de plus en plus galopante.  Contrer l'inflation et limiter la pression intense conjoncturelle pesant sur la monnaie nigériane, le naira, tel est l'objectif à très court terme mené par...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...