Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : augmentation des violences djihadistes, le président appelé à démissionner
burkina faso augmentation violences djihadistes president appele demissionner - TribuneOuest

Depuis 2015, quelques 2 000 personnes sont décédées dans des attaques terroristes djihadistes qui se multiplient, au Burkina Faso. Les burkinabés n’en peuvent plus et appellent le président Roch Marc Christian Kaboré, qu’ils estiment ne pas être à la hauteur pour faire reculer ces attaques, à la démission.

Au Burkina Faso, les attaques djihadistes se multiplient. En six ans, 2 000 personnes ont été tuées par des groupes armés affiliés à Al Qaida et à l’organisation État islamique.

Le 14 novembre 2021, le pire massacre a eu lieu à Inata, dans le nord du pays : au moins 53 personnes, dont 36 gendarmes, ont été tués. Mais le bilan est encore provisoire et les opérations de recherche continuent pour tenter de retrouver les derniers disparus du camp, « qui comptait environ 150 éléments », d’après nos confrère du Monde.

Des troupes à bout de souffle

Depuis ce massacre, plusieurs manifestations ont éclaté à travers le pays pour réclamer la démission du président burkinabé, Rock Marc Christian Kaboré.

« Les troupes sont en colère, le moral n’y est plus », a déclaré un militaire en mission.

Le jour de l’attaque d’Inata, un document interne demandait des provisions alimentaires pour alimenter les gendarmes au sein du camp. Le chef du détachement expliquait que ses hommes étaient obligés de s’alimenter en chassant des animaux « depuis deux semaines ». « Le jour de l’attaque, ils ont aussi demandé un renfort aérien, vain. Il n’y a des hélicoptères que pour ramasser les morts » a-t-il ensuite déploré.

« L’inaction du gouvernement »

Le 17 novembre, le président a annoncé la destitution de deux chefs militaires, une « enquête » ainsi que des « sanctions disciplinaires sans exception », mais cela n’a pas suffi à calmer la colère qui gronde de plus en plus.

Lundi dernier, des centaines de manifestants ont marché à Tougan pour dénoncer « l’inaction du gouvernement face à l’insécurité ».

Les attaques n’ont pas cessé pour autant : le 21 novembre, à Foubé une nouvelle tuerie a fait au moins une vingtaine de morts, dont une enfant.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...