Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Guinée : la mort d’une femme après des violences à l’hôpital révolte
guinee mort femme apres violences lhopital revolte - TribuneOuest

M’mah Sylla est décédée à l’hôpital suite à des opérations, elles-mêmes consécutives à des viols commis à l’hôpital. Une vague d’émotions a immédiatement déferlé sur les réseaux sociaux guinéens.

« Justice pour M’mah Sylla ».

Tel est le message relayé sur les réseaux sociaux guinéens depuis quelques jours.

La jeune femme de 25 ans était hospitalisée depuis un mois à Tunis après des violences sexuelles et médicales subies par trois médecins dans une clinique privée de Guinée. Elle est décédée des suites de sa septième opération ce 20 novembre 2021.

« Nous avons le regret d’annoncer que notre combattante M’mah Sylla, la jeune fille qui a été victime de viol par des médecins et ensuite opérée par ces derniers pour la faire avorter, est décédée ce soir à Tunis, après une septième opération qu’elle a subi cette semaine », a annoncé l’ONG Mon enfant ma vie.

Forte émotion et grande colère

« Moi-même je suis extrêmement en colère, je suis extrêmement émue, a déclaré Malado Kaba, membre du groupe de réflexion et d’Influences des femmes. « Je pense que c’est aussi un premier signe positif, il y a une prise de conscience, on ne veut plus jamais voir ça. Cela montre une première avancée : briser le silence est extrêmement important. »

Dans un communiqué, le Premier ministre a présenté ses condoléances au nom du président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya. La ministre de la Justice, devrait prendre toutes les mesures urgentes, afin d’accélérer l’enquête en cours.

Symbole des violences faites aux femmes

M’mah Sylla, est malgré elle, devenue un véritable symbole des violences faites aux femmes : « ces dernières années, la Guinée a connu beaucoup de cas symboliques comme ça, de jeunes femmes, battues à mort et j’en passe et M’mah Sylla est un cas parmi tant d’autres, déplore Fatou Souaré Hann, directrice exécutive de l’ONG Wafrica Guinée. « Il faut que ça s’arrête, et pour cela, la solution est très simple : il faut combattre l’impunité. »

Les trois médecins coupables de ces crimes, ont été arrêtés et mis à disposition de la justice.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis 2015, quelques 2 000 personnes sont décédées dans des attaques terroristes djihadistes qui se multiplient, au Burkina Faso. Les burkinabés n’en peuvent plus et appellent le président Roch Marc Christian Kaboré, qu’ils estiment ne pas être à la hauteur pour faire reculer ces attaques, à la démission. Au Burkina...
Au Burkina Faso, à une trentaine de kilomètres au nord-est de Ouagadougou, un convoi militaire français est empêché de circuler depuis une semaine environ, par des manifestants burkinabés. Le gouvernement « travaille » à faire repartir le convoi. Le gouvernement du Burkina Faso a indiqué ce mercredi 24 novembre 2021...
Une nouvelle attaque meurtrière a fait une vingtaine de morts, dont neuf gendarmes, dans le nord du Burkina Faso, ce dimanche 21 novembre 2021. Un massacre qui intervient une semaine après un celui de Inata où 57 personnes, dont 53 gendarmes, avaient été tués. Week-end rouge encore dans le nord...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...