Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina :  un convoi militaire bloqué par des milliers de manifestants anti-français

Alors qu’un important convoi logistique cheminait via le Burkina Faso vers le Niger, des milliers de manifestants ont bloqué le passage des militaires français

Vendredi Kaya le chef-lieu de la région du Centre-nord du Burkina Faso fut le lieu de manifestations contre le passage d’un important convoi logistique de l’armée française en transit vers le Niger.

Les manifestants, préparés, ont invectivé les militaires, et fait connaitre leur mécontentement : « armée française dégage », «Libérez le Sahel», «Plus de convoi militaire d’invasion et de recolonisation français» étaient inscrits sur les pancartes et banderoles brandis par les manifestants.

Le convoi venait de Côte d’Ivoire et se dirigeait vers le Niger. Avant même l’arrivée à Kaya, le convoi avait été bloqué précédemment mercredi et jeudi par des manifestants à Bobo Dioulasso (ouest), et à Ouagadougou la capitale. A Ouagadougou, les forces de sécurité burkinabé avaient dû faire usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Selon Roland Bayala, porte-parole de la Coalition des Patriotes africains du Burkina Faso (Copa-BF), qui a appelé à ces manifestations.

« Nous manifestions contre l’insécurité, lorsque nous avons appris qu’à partir de la Côte d’Ivoire, un convoi de l’armée française devait traverser le Burkina Faso pour le Niger » a expliqué Roland Bayala, porte-parole de la Coalition des Patriotes africains du Burkina Faso (Copa-BF). « Nous avons décidé de faire barrage, parce malgré les accords signés avec la France, nous continuons à enregistrer des morts et nos pays demeurent sous-armés ». Roland Bayala a également « appelé les populations qui se trouvent sur l’itinéraire de ce convoi à se mobiliser ». Il souhaite que les populations fassent barrage au convoi.

La situation est particulièrement tendue au Burkina Faso alors que le pays a une nouvelle fois été victime d’une attaque djihadiste dimanche dernier. On compte au moins 53 morts, dont 49 gendarmes à Inata dans le nord du pays. Les manifestations se multiplient dans le pays, demandant la démission du président Roch Marc Christian Kaboré pour son «incapacité à mettre fin aux attaques terroristes».

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis 2015, quelques 2 000 personnes sont décédées dans des attaques terroristes djihadistes qui se multiplient, au Burkina Faso. Les burkinabés n’en peuvent plus et appellent le président Roch Marc Christian Kaboré, qu’ils estiment ne pas être à la hauteur pour faire reculer ces attaques, à la démission. Au Burkina...
Au Burkina Faso, à une trentaine de kilomètres au nord-est de Ouagadougou, un convoi militaire français est empêché de circuler depuis une semaine environ, par des manifestants burkinabés. Le gouvernement « travaille » à faire repartir le convoi. Le gouvernement du Burkina Faso a indiqué ce mercredi 24 novembre 2021...
Une nouvelle attaque meurtrière a fait une vingtaine de morts, dont neuf gendarmes, dans le nord du Burkina Faso, ce dimanche 21 novembre 2021. Un massacre qui intervient une semaine après un celui de Inata où 57 personnes, dont 53 gendarmes, avaient été tués. Week-end rouge encore dans le nord...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...