Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : vives tensions entre les habitants et l’armée française
burkina faso vives tensions entre habitants larmee francaise - TribuneOuest

Au Burkina Faso, plusieurs dizaines de véhicules de l’armée françaises reliant la Côté d’Ivoire au Niger, ont été bloqués par des manifestations. Samedi 20 novembre 2021, quatre personnes ont été blessées, sans qu’on ne sache d’où provenaient les tirs.

Un important convoi logistique appartenant à l’armée française est source de contestations, au Burkina Faso depuis quelques jours.

Le pays fait face depuis 2015 à des attaques djihadistes meurtrières, et compte déjà des centaines de morts.

Quatre blessés

« Ce matin, la tension est montée d’un cran entre les manifestants et les soldats de l’armée française, qui ont passé la nuit sur un terrain vague. Alors que des manifestants tentaient de s’approcher du périmètre, des soldats ont procédé à des tirs de sommation », a déclaré une source locale à l’AFP. Selon elle, il y aurait eu « des blessés par balles ».

Indication vérifiée par une source hospitalière : « Quatre blessés par balles ont été reçues aux services des urgences du centre hospitalier régional de Kaya », a t-elle précisé, indiquant encore que le « pronostic vital des patients n’est pas en jeu ».

L’un d’eux aurait reçu un tir de sommation dans la joue, d’après le quotidien d’État Sidwaya.

Pas de coupable ?

L’origine des balles reste pour l’instant inconnue. « Un groupe de manifestants a tenté de découper le grillage pour entrer dans l’enceinte et les gendarmes burkinabés ont tiré des grenades lacrymogènes pour disperser la foule. Les soldats français ont effectué a quelques tirs de sommation au-dessus de la foule. Il n’y a aucun blessé du fait de l’action des militaires français. Nous n’avons connaissance d’aucun blessé, même suite aux tirs de grenades lacrymogène », selon une source de l’État major français. Pour autant, selon elle, « des négociations sont en cours entre les autorités burkinabés et les manifestants ».

Vendredi 19 novembre, à Kaya, des milliers de protestataires s’opposaient au passage de ce convoi qui devait relier la Côte d’Ivoire au Niger, criant des slogans tels que : « Armée française dégage », ou encore : « Libérez le Sahel ».

« Plus de convoi militaire d’invasion et de recolonisation français », étaient par ailleurs écrit sur des écriteaux.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...