Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Ghana : un projet de loi menace les LGBTQ+ de prison
ghana projet loi menace lgbtq prison - TribuneOuest

Le Parlement du Ghana doit étudier ce mardi 26 octobre 2021 un nouveau projet de loi visant à pénaliser très lourdement l’homosexualité, déjà interdite dans le pays.

« C’est inhumain », a réagit par téléphone l’ONG ghanéenne de défense de la diversité Interfaith Diversity Network of West Africa (IDNOWA). « Si cette loi passe, toute conversation avec des journalistes sera interdite et notre existence même sera menacée », a déclaré un activiste de l’ONG.

Une loi pour criminaliser l’amour

Le Parlement ghanéen doit se pencher ce mardi sur un nouveau projet de loi visant à criminaliser l’homosexualité dans le pays. Les relations sexuelles y sont déjà interdites par une loi héritée de l’ère coloniale, bien qu’aucune personne n’ait jamais été poursuivie en son nom. Le conservatisme de la société ghanéenne, très religieuse, est à l’origine de cette homophobie ambiante, et selon un sondage datant de 2014, 90 % des ghanéens seraient pour une loi criminalisant les relations entre personnes du même sexe.

Si le texte est voté ce mardi, les personnes LGBTQ+ seront passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à dix ans de prison, les défenseurs des droits homosexuels seront pénalisés et la publication d’informations pouvant être considérés comme un encouragement à l’homosexualité sera interdite.

Le projet de loi encouragera par ailleurs les thérapies dites de « conversion ».

A l’origine de ce texte, qu’il a déposé début août 2021, Sam Nartey George, un député du parti de l’opposition, décrit les droits des homosexuels des personnes LGBTQ+ comme une « perversion ».

Homophobie inédite

Le Ghana connaît une vague homophobe particulièrement inédite depuis plusieurs années. En février 2021, les forces de l’ordre avait expulsé un mois seulement après son ouverture la permanence d’accueil d’une des seules associations d’aide aux LGBT, le LGBT+ Rights Ghana.

Le mois suivant, 21 personnes ont été arrêtées dans la ville de Ho, lors d’une formation destinée aux assistants juridiques qui soutiennent les groupes de personnes en minorité.

Si la plupart ont été libérées, certaines ont dû s’exiler par peur de représailles éventuelles, et la plupart ont perdu leur emploi.

Le président Nana Afuko-Addo, quant à lui, souhaiterait ouvrir son pays aux investissements Afro-Américains, et désire surtout faire passer le Ghana pour un pays d’ouverture et de tolérance. Une image moderne qui risque d’être bafouée par ce projet de loi, qui, selon les spécialistes, à de fortes chances d’être votée.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...