Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Exposition au Quai Branly à Paris de 26 œuvres d’art avant leur retour au Bénin

26 œuvres d’art sont exposées au Quai Branly leur retour au Bénin. Cela fait suite à la promesse de restitution de Emmanuel Macron.

Le musée du Quai-Branly à Paris expose avant leur retour au Bénin, 26 œuvres d’art.

Les œuvres d’art concernées sont des statues totem de l’ancien royaume d’Abomey ainsi que le trône du roi Béhanzin, fruit du pillage du palais d’Abomey par les troupes coloniales en 1892.

Les œuvres qui vont retourner incessamment dans leur pays d’origine faisaient jusqu’à maintenant partie des collections permanentes du musée du Quai Branly.

Deux conservateurs du Bénin se sont spécialement déplacés en France pour organiser le retour des œuvres, « demandé par le Bénin », a mentionné Emmanuel Kasarhérou, président du musée du Quai Branly-Jacques Chirac. Une série de colloques sur le patrimoine du Bénin, des concerts et un cycle de cinéma viennent s’ajouter à l’exposition elle-même ; éclairant ainsi la richesse artistique du pays.

A leur arrivée au Bénin, les œuvres seront dans un premier temps stocké puis seront « présentées dans d’autres lieux de manière pérenne : à l’ancien fort portugais de Ouidah et la maison du gouverneur, lieux historiques de l’esclavage et de la colonisation européenne, situés sur la côte, en attendant la construction d’un nouveau musée à Abomey », dans l’ancien palais royal des rois du Dahomey a précisé M. Emmanuel Kasarhérou.

Le Quai Branly a initié un « travail quasi-exhaustif sur les 300 000 œuvres du musée qui ne concernent pas que l’Afrique (Océanie, Asie et Amériques aussi) pour identifier celles qui auraient été prises de manière violente sans le consentement des propriétaires, par des prises de guerre ou par des coercitions de l’administration coloniale » a expliqué M. Emmanuel Kasarhérou.

En effet 90 000 objets d’art d’Afrique sub-saharienne sont dans les collections publiques françaises. 70 000 d’entre elles au Quai Branly, dont 46 000 selon toute vraisemblance arrivée durant la période coloniale.

Une loi votée le 24 décembre 2020 en France permet des dérogations au principe d’« inaliénabilité » des œuvres dans les collections publiques, parce qu’elles avaient fait l’objet de pillages caractérisés. Depuis 2019, outre le Bénin, six pays ( Sénégal, Côte d’Ivoire, Éthiopie, Tchad, Mali, Madagascar ) ont  sollicités  la restitution d’œuvres d’art.

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
Le procès était attendu. En exil au Burkina Faso depuis 2009, le capitaine Dadis Camara est rentré en Guinée, le 21 décembre 2021, pour répondre  à la convocation de la justice de son pays, à en croire ses avocats. Il comparait  devant le tribunal, depuis mercredi, avec une dizaine de...
La Banque centrale nigériane a augmenté son principal taux de prêt à 15,5% pour contrer une inflation nationale, mais aussi mondiale, de plus en plus galopante.  Contrer l'inflation et limiter la pression intense conjoncturelle pesant sur la monnaie nigériane, le naira, tel est l'objectif à très court terme mené par...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...