Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Nigeria face aux violences policières
nigeria face violences policieres - TribuneOuest

Au Nigeria, le massacre de « Lekki » est encore incrusté dans les mémoires et la jeunesse refuse d’oublier le massacre dû aux violences policières commises dans leur pays le soir du 20 octobre 2020.

Les jeunes nigérians n’ont pas eu droit, mercredi 21 octobre 2021, de rendre hommage à leurs camarades tombés il y a un an sous les coups des violences policières sur le péage de Lekki, à Lagos.

« On aurait voulu se rendre sur les lieux du drame à l’heure où on leur a tiré dessus, mais le gouvernement nous a bien fait comprendre que ce ne serait pas possible » a déclaré Feyikemi FK Abudu, l’une des figures du mouvement #EndSARS.

Droits des citoyens

Les grandes figures du mouvement ont cependant encouragé leurs camarades à klaxonner, sans avoir à sortir de leur véhicule, en passant sous le péage de Lekki. L’un des influenceurs à l’origine de ce soulèvement, le rappeur Folarin Falana, alias « Falz », a expliqué que « les autorités se comportent de manière totalement arbitraire ». « Nous connaissons ce gouvernement, qui n’a jamais respecté les droits de ses citoyens », renchérit le rappeur, qui « ne veut prendre aucun risque ».

Une nuit ensanglantée

Le soir du 20 octobre 2020, à Lagos, après deux semaines de manifestations spectaculaires, les autorités reprennent le contrôle. Un couvre-feu est mis en place mais des dizaines de jeunes manifestants sont encore au péage de Lekki quand des coups de feu retentissent. 12 personnes sont tuées par les policiers, selon Amnesty International.

En marge du mouvement #EndSARS, au moins 56 personnes ont perdu la vie.

Des images de ce meurtre sont diffusées en direct sur les réseaux sociaux alors que la quasi totalité des avaient quitté le lieu.

Les revendications n’ont pas changé depuis le drame : « la police dans son ensemble continue d’agir exactement de la même manière, en extorquant ceux qu’elle devrait défendre, en procédant à des arrestations arbitraires, en harcelant et en commettant des exécutions extrajudiciaires », s’insurge Bismark, pour nos confrères du Monde.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...