Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Fespaco à Ouagadougou : le rendez-vous du cinéma africain

En compétition, dix-sept longs-métrages pour l’Etalon d’or du Yennenga. 

Au Burkina Faso se déroule actuellement le plus grand festival de cinéma d’Afrique prénommé « le Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou » (Fespaco). Le festival se déroule cette année dans un contexte singulier, alors que le pays subit les attaques renouvelées des groupuscules djihadistes depuis 2015, et doit faire face à la pandémie de Covid-19. Les autorités organisatrices ont pris toutes les mesures afin que se déroule parfaitement le festival qui a été retardé de 8 mois : « nous sommes conscients de la situation et toutes les dispositions ont été prises » a déclaré à l’AFP le délégué général du Fespaco, Alex Moussa Sawadogo. Le festival qui a débuté samedi doit accueillir un millier de festivaliers qui devront respecter les gestes barrières et notamment « le port du masque dans les salles » de projection.

Le festival s’est ouvert en présence du président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré. Le Sénégal est invité d’honneur de cette édition ; et de nombreuses stars sénégalaises se sont produites sur scène lors de la cérémonie samedi. Les organisateurs ont prévu la projection des films en compétition, dans plusieurs lieux. On y compte le cinéma de Neerwaya de 1066 places et « dix espaces en plein air » dont un, place de la Nation, l’une des plus grandes de la ville. Le palmarès sera annoncé le samedi 23 octobre. Pour que les populations puissent bénéficier de cet événement ; Alex Moussa Sawadogo a annoncé qu’un système de diffusion, un « mini Fespaco » itinérant se déroulera dans le nord du Burkina Faso.

Cette 27édition est organisée sous la thématique : les « cinémas d’Afrique et de la diaspora : nouveaux regards, nouveaux défis ».  L’Étalon d’or est décerné par un jury international présidé par le réalisateur et producteur mauritanien Abderrahmane Sissako, lauréat du César du meilleur film pour Timbuktu en 2015.

Dix-sept films sont retenus en compétition pour le grand prix du festival. Sur 1 132 films inscrits, 17 se sont qualifiés dans la catégorie long-métrage de fiction. Les réalisateurs en lice viennent de quinze pays du continent, dont deux Égyptiens et un Burkinabé.

On compte également parmi les participants, des réalisateurs originaires du Sénégal, d’Angola, du Cameroun, du Nigeria, de Tanzanie, de Somalie, de Côte d’Ivoire, du Tchad, du Rwanda, du Maroc, de Namibie, du Lesotho et de Tunisie. On note aussi qu’un film haïtien a été retenu dans la sélection finale. Dans la catégorie « court-métrage », on compte  vingt-neuf courts-métrages – fiction et documentaires – dont cinq du Burkina Faso et quatre du Sénégal, ainsi que dix-sept séries télé.

Il faudra attendre quelques jours pour connaître le vainqueur de la récompense suprême : l’Étalon d’or du Yennenga 2021.

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis 2015, quelques 2 000 personnes sont décédées dans des attaques terroristes djihadistes qui se multiplient, au Burkina Faso. Les burkinabés n’en peuvent plus et appellent le président Roch Marc Christian Kaboré, qu’ils estiment ne pas être à la hauteur pour faire reculer ces attaques, à la démission. Au Burkina...
Au Burkina Faso, à une trentaine de kilomètres au nord-est de Ouagadougou, un convoi militaire français est empêché de circuler depuis une semaine environ, par des manifestants burkinabés. Le gouvernement « travaille » à faire repartir le convoi. Le gouvernement du Burkina Faso a indiqué ce mercredi 24 novembre 2021...
Une nouvelle attaque meurtrière a fait une vingtaine de morts, dont neuf gendarmes, dans le nord du Burkina Faso, ce dimanche 21 novembre 2021. Un massacre qui intervient une semaine après un celui de Inata où 57 personnes, dont 53 gendarmes, avaient été tués. Week-end rouge encore dans le nord...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...