Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : Le ministre a-t-il violé la chanteuse ?

Une histoire de moeurs secoue la Côte d’Ivoire. Leministre de la réconciliation et de la cohésion nationale, Kouadio Konan Bertin dit KKB, est au centre d’une affaire de viol.

L’information a été divulguée sur les réseaux sociaux et suscite une vive polémique. Dans un enregistrement audio diffusé sur Internet, la chanteuse camerounaise Sophie Dencia, qui soutient qu’elle était la collaboratrice du ministre Kouadio Konan Bertin, met gravement en cause ce dernier. Elle l’accuse d’agression sexuelle. Selon l’artiste, les faits se sont déroulés à Divo, en avril 2021. Sophie Dencia affirme avoir été conduite, contre son gré, dans cette ville située à 200 km d’Abidjan, avant d’être séquestrée et violée.

Si l’on en croit l’enregistrement, c’est à l’instigation de son conjoint qu’une plainte a été déposée auprès du parquet contre le ministre ivoirien de la réconciliation et de la cohésion nationale. Mais Kouadio Konan Bertin, qui récuse ces accusations, a aussi saisi le tribunal pour « escroquerie et diffamation.» Le ministre s’est brièvement prononcé sur la question, lors d’un entretien avec la télévision nationale. K.K.B. a soutenu qu’il n’a rien à se reprocher. « C’est un dossier pénal qui est entre les mains de la justice », a-t-il déclaré. 

Cette affaire provoque une intense controverse qui anime les débats. Ainsi, pour Georges Ibrahim Tounkara, « des questions s’imposent :  Pourquoi a-t-elle accepté de dormir dans la même chambre d’hôtel que KKB ce 9 avril 2021? Pourquoi n’a-t-elle pas insisté pour avoir une chambre séparée ?  Pourquoi n’a-t-elle pas immédiatement porté plainte après le viol dont elle dit avoir été victime? Pourquoi est-elle allée jusqu’à Tunis quatre mois après les faits pour des examens médicaux qu’elle aurait pu faire sur place à Abidjan ? Beaucoup de zones d’ombres dans cette affaire qui a tout l’air d’un chantage dans le but de gagner de l’argent, beaucoup d’argent. On attend la preuve irréfutable du viol à travers un certificat médical. On attend aussi que le mis en cause donne sa version. Jusqu’à preuve du contraire, le ministre KKB n’a violé aucune femme. Juste une accusation. Pas plus.  Il bénéficie de la présomption d’innocence. Rien n’indique aussi que la dame a été vraiment violée. Juste ses déclarations. Pas plus », argumente-t-il.

Dans le même ordre d’idées, Maître Roger Dakouri Diaz Djidjigbouh évoque « une épaisse couche de doute » : «  Pourquoi la date du viol allégué se situe en avril 2021, et celle de la dénonciation en septembre 2021, soit 6 mois plus tard ? Par quoi la victime supposée justifierait-elle ce long silence ? La victime présumée n’avait-elle pas librement répondu au rendez-vous fixé à Yopougon-Gesco ? Les accusations de violences exercées par des garde de corps de K.K.B. pour faire monter la victime à bord du véhicule à destination de Divo peuvent-elles être étayées ?  Sur le parcours Gesco-Divo, la présumée victime avait-elle manifesté le désir de satisfaire, par prétexte, un besoin naturel, et que ce souhait se serait-il heurté au refus du violeur ou aux menaces de ses gardes de corps ? Une enquête sur place à Divo, soit à l’hôtel ou au lieu de commission du viol pourrait-elle établir la résistance de la victime aux initiatives sexuelles non consenties ? », Interroge-t-il. 

Selon Daniel Boni Claverie, ancienne ministre de la Communication et président de l’URD (Union républicaine pour la démocratie ), « il serait bienséant pour notre Nation, nos Institutions, notre société, nos familles, nos enfants que la justice soit immédiatement et officiellement saisie pour que la lumière éclaire toutes les zones d’ombre de cette sordide affaire.  Le silence gouvernemental ne fait qu’alimenter la rumeur qui enfle et se nourrit de diverses preuves invérifiables dont de nombreux « audios ». L’Urd souhaite qu’aucune pression d’aucune forme ne soit exercée sur les parties en présence, que la justice soit saisie et que le droit soit dit dans toute sa rigueur.»

De son côté, la Ligue Ivoirienne des Droits des Femmes,  qui « demande aux autorités judiciaires d’enquêter sur cette affaire afin que la lumière soit faite (…), tient à souligner qu’elle accompagnera dame S.D. dans sa procédure. » 

Le désistement de l’avocat de la partie civile, à quelques jours de l’ouverture de l’information judiciaire, préoccupe donc Meganne Boho, la présidente de la Ligue, qui lance  un appel aux bonnes volontés et aux professionnels du droit :  « Les honoraires d’avocat ne sont dans la plupart des cas pas abordables. Et escorter une victime de viol, avec (ce montant), n’est pas possible, car nous n’avons pas ces fonds dans le fonds. Et comme je l’ai dit, nous sommes une association de bénévoles, donc c’est un peu compliqué pour nous de nous occuper de cette affaire », confie-t-elle. 

AUTEUR: Axel Illary
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...