Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Niger : Alerte sur les recrutements et meurtres d’enfants par les groupes terroristes
niger alerte recrutements meurtres denfants groupes terroristes - TribuneOuest

Selon un rapport d’Amnesty International, de plus en plus d’enfants sont tués et recrutés par des groupes terroristes au Niger.

Des enfants aux prises des groupes terroristes grandissent dans la violence depuis des mois, aux frontières entre le Burkina Faso et le Mali.

« Une génération entière grandit entourée par la mort et la destruction »

D’après Matt Wells, le directeur adjoint de l’ONG de défense des droits de l’homme, Amnesty International: « Dans la région de Tillabéry, au Niger, une génération entière grandit entourée par la mort et la destruction. Des groupes armés ont attaqué à maintes reprises des écoles et des réserves de nourriture et ciblent des enfants lors de leur recrutement ».

Recruté ou tué

L’ONG a publié lundi 13 septembre 2021, un rapport de 64 pages sur les répercussions croissantes du conflit dans la zone habitée dite des « trois frontières ».

Dans cette région du Sahel, les attaques violentes de plus en plus fréquentes sont commises par deux groupes armés djihadistes : l’EIGS (État islamique au Grand Sahara) et le GSIM (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans) affilié à Al-Qaida, et ont fait 544 morts entre le 1er janvier et le 29 juillet 2021, contre 397 en 2020.

Amnesty précise qu’une soixantaine d’enfants ont été tués dans cette région nigérienne : « A un moment, Wahab s’est arrêté pour parler aux combattants. Ils lui ont tiré sur le côté et il est mort quelques temps après» a témoigné un garçon âgé de 12 ans, auprès de nos confrères du Monde.

Amnesty précise que la plupart des massacres sont exécutés l’EIGS, quand les hommes du GSIM sont principalement responsables des recrutements de garçons âgés de 15 à 17 ans dans le département de Torodi, près du Burkina Faso.

« Au bord du gouffre »

Cette année, selon le rapport d’Amnesty International, les nombreuses attaques contre les établissements scolaires sont responsables de la déscolarisation de plus de 31 000 enfants, soit 10 000 de plus que l’an dernier.

« Le Niger est au bord du gouffre. Les autorités nigériennes et les partenaires internationaux doivent prendre des mesures de toute urgence pour doter les enfants d’outils qui leur permettront de se construire un avenir », s’inquiète Matt Wells.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement ivoirien a relancé le projet d’adressage de la ville d’Abidjan. Mardi 24 janvier 2023, une convention cadre de partages de données a été a été signée au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, pour le démarrage des activités nécessaires à la réalisation de ce projet....
Un homme accusé du meurtre de trois casques bleus guinéens, commis en 2019 dans le sud-ouest de Bamako, a été reconnu coupable et condamné à la peine de mort par le tribunal. Mercredi 25 janvier 2023, la Minusma (Mission de l'Organisation des Nations unies au Mali) a annoncé la condamnation...
Vingt-sept personnes ont été tuées par une "bombe" dans le centre du Nigeria, selon la police. Une information contredite par une association d'éleveurs de bétail qui parle, elle, d'une frappe aérienne de l'armée. Une "enquête approfondie" a été réclamée. Que s'est-il réellement passé mercredi 25 janvier 2023 dans le village...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32