Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Guinée : Alpha Condé ne veut pas lâcher son post
guinee alpha conde ne veut pas lacher post - TribuneOuest

Alpha Condé, président déchu guinéen et retenu prisonnier par les Forces spéciales militaires, refuse de démissionner. La Cédéao appelle à de nouvelles élections.

Le 10 septembre 2021, afin de s’assurer de sa bonne santé, la Cédéao (la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest), a rencontré Alpha Condé, président de 83 ans enlevé au début du mois et toujours en captivité. « Il est logé avec son cuisinier et son médecin. Les militaires disent : « c’est notre papa, on ne peut pas lui faire du mal », d’après l’un de ses visiteurs, ministre de la Cédéao.

Bien traité mais toujours en captivité

Déposé et délogé du palais présidentiel le 5 septembre dernier par le Groupement des forces spéciales (GFS) qu’il avait lui-même crée en 2018, Alpha Condé a été retenu dans un « espace réduit » du quartier général des forces spéciales. Il vient d’être transféré au palais Mohammed-V, situé dans le quartier de Kaloum : « Il est bien traité, respecté par ses gardes, la question n’est pas là. Le problème est qu’il est retenu prisonnier. », a déclaré la Cédéao.

« Un programme à terminer »

Comme s’il n’avait pas conscience de la réalité, Alpha Condé, serait d’après de nombreux témoignages, dans le déni du rapport de force qui lui est désavantageux et croirait encore pouvoir retourner à ses affaires présidentielles : « J’ai un programme à terminer », avait déclaré-il lors de la première ministre des ministres de la Cédéao. La Communauté avait demandé la libération du président déchu, mais le Comité national pour le redressement et le développement (CNRD, la junte militaire) « n’avait pas été très claire » dans sa réponse.

Quelles suites ?

En Guinée, beaucoup se demandent si Alpha Condé serait mieux sur le banc des accusés plutôt qu’en exil à l’étranger. Dans un entretien avec RFI, l’écrivain et intellectuel Tierno Monénembo, explique : « Il faut qu’il passe devant un tribunal, qu’il s’explique sur sa gestion, sur la répression sauvage qui a causé des centaines de morts depuis qu’il est arrivé au pouvoir (en 2010) ».

Les dirigeants des quinze pays de la Cédéao, quant à eux, ont appelé le 16 septembre à l’organisation de nouvelles élections présidentielles, « dans six mois ».

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Une fusion des groupes indépendantistes qui composent la Coordination des mouvements de l'Azawad pourrait se créé début février. Le djihadiste Iyad Ag-Ghaly a en effet secrètement rencontré certaines personnalités d'autres groupes armées dans le nord du Mali. Des rencontres confidentielles ont eu lieu dans la région de Kidal entre Iyad...
Apollinaire Joachim Kyelem de Tambela, le premier ministre du Burkina Faso, a été reçu ce mercredi 1er février 2023 à Bamako, au Mali. Une manière pour ces deux pays de renforcer leur entente. Mercredi, le premier ministre burkinabè a été reçu à Bamako par le Président de la Transition malienne,...
Les Nations unies sont inquiètes du trafic de faux médicaments dans plusieurs pays du Sahel. En effet, entre 19% et 50% des molécules qui circulent en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad, sont de moins bonnes qualité que la norme, voire falsifiées. Selon un rapport...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32