Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : intensification de la lutte contre la corruption dans les services publics

En ligne de mire de la lutte contre la corruption, la police et la gendarmerie sont plus particulièrement visés en raison notamment de pots-de-vin prélevés aux vendeurs de produits vivriers. 

Le 14 septembre Zoro Epiphane Ballo, le ministre de la promotion de la bonne gouvernance, du renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption a annoncé la tenue de plusieurs opérations « coup de poing » contre la corruption dans les services publics, et plus précisément dans la police et la gendarmerie. Le ministre s’est voulu très ferme : « Le message, c’est : attention à la fraude, attention au racket, l’État vous voit », a ainsi déclaré Zoro Epiphane Ballo.

La police et la gendarmerie sont particulièrement visés notamment dans leurs rapports aux vendeurs de produits vivriers. Ainsi lui est reproché notamment des pots-de-vin prélevés à ces vendeurs de produits vivriers sur les routes de Côte d’Ivoire. Zoro Epiphane Ballo a fait la pédagogie du sujet et expliqué que « ces pratiques ont un effet certain sur la hausse des prix des produits de consommation. Le racket a un lien avec la vie chère ! ». Le commissaire du gouvernement, en charge de la poursuite des militaires contrevenants, a été saisi.

Le secteur des vendeurs de produits sur les routes ne sont pas les seuls à être concernés. Plusieurs secteurs du service public ont déjà fait l’objet d’opérations permettant de récupérer des preuves de corruption. Ainsi les services du contrôle technique routier tout comme l’éducation, la santé ou la justice font l’objet d’une attention particulière.

Les résultats des différentes opérations ont été transmis aux autorités.

Rappelons qu’un Ivoirien sur deux déclare payer des pots-de-vin aux agents de police ou de gendarmerie pour éviter des problèmes ; un sur trois paye les agents de l’administration pour la délivrance de documents ; et deux tiers considère que signaler un cas de corruption est dangereux du fait du risque de représailles.

« La perception des Ivoiriens en matière de corruption ne s’est pas améliorée », a reconnu le ministre lors d’un point presse, estimant que c’est « un défi important pour la bonne gouvernance, la croissance durable, la paix et le développement », selon les études de Transparency International.

 

 

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis le soir du dimanche 20 novembre 2022, un prêtre allemand est porté disparu à Bamako. Il vit au Mali depuis environ 30 ans et enseigne depuis des années à l’Institut de formation islamo-chrétienne de Bamako. « La voiture de Hans-Joachim Lohre a été retrouvée dans un quartier de Bamako non...
Nos consœurs journalistes au Monde Afrique ,Laureline Savoye et Morgane Le Cam, ont enquêté pendant cinq ans, avec la coopération de Kaourou Magassa, journaliste pour TV5 Monde, sur l’association Rayon de soleil de l’enfant étranger (RDSEE), l’un des plus grands organismes français d’adoption agréés et qui serait à l’origine de...
Le premier ministre du Burkina Faso, a critiqué les « partenaires » internationaux de son pays qui n’ont selon lui, « pas toujours été loyaux » dans la lutte antidjihadiste. « Nous pensons, peut être à tort, que certains partenaires n’ont pas toujours été loyaux », a déclaré Apollinaire Kyélem de Tambela, premier ministre burkinabè devant...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...