Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Gambie : l’alliance promise entre le parti de l’ancien dictateur Jammeh et celui du président actuel
gambie parti lancien dictateur jammeh celui president sallient - TribuneOuest

En Gambie, le parti de l’ex-dictateur Jammeh et celui du président Adama Barrow, s’allient pour la prochaine élection présidentielle. La communauté internationale se demande si le gouvernement gambien désire vraiment poursuivre l’ancien dirigeant pour ses actes de violations supposées des droits humains quand il dirigeait le pays. 

Durant une conférence de presse tenue ce dimanche 5 septembre 2021, le secrétaire général du parti APRC (l’Alliance patriotique pour la réorientation et la construction), de Yahya Jammeh, a annoncé une alliance avec le NPP (le Parti national des peuples), du président Adama Barrow, dans le but de soutenir ce dernier lors de la présidentielle du 4 décembre prochain.

« Notre objectif est que l’ancien président Jammeh revienne dans ce pays de manière pacifique et dans la dignité », a déclaré Fabakary Tombong Jatta, le secrétaire général du parti APRC, laissant entendre qu’un retour d’exil de l’ex-dirigeant serait possible selon l’accord, en cas de réélection de M. Barrow.

Actes de violences

M. Jammeh a pris le pouvoir en 1994 lors d’un coup d’État militaire. Il dirige le pays fermement, jusqu’en janvier 2017 quand, face à Adama Barrow, il perd l’élection présidentielle. Après quoi il quitte la Gambie et se réfugie en Guinée équatoriale.

Le gouvernement de M.Barrow créé alors une commission Vérité, réconciliation et réparations (TRRC) pour enquêter sur les crimes commis durant les vingt-deux années de gouvernance de Yahya Jammeh. Les témoignages sont sans équivoque sur les moyens de tortures employés par le chef de l’État.

Une alliance qui questionne

De multiples ONG attendent le verdict de la commission et espèrent la poursuite en justice de M. Jammeh.

M. Barrow, quant à lui, à fait savoir qu’il attendrait les recommandations de la commission pour éventuellement poursuivre son prédécesseur en justice.

Le procureur général de la TRRC, Essa Faal, devrait livrer son rapport le 30 septembre et a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de décembre prochain.

Un rapport attendu, mais qui selon Seedy Njie, le porte-parole adjoint du parti au pouvoir, le NPP, n’aura aucune validité, puisque de fait, il est rédigé par un candidat de l’opposition : « Ce serait incompréhensible pour quiconque de suggérer que le procureur rende des conclusions censées réconcilier le peuple gambien alors qu’il est un opposant au président. Donc une majorité de gambiens ont conclu que le rapport d’Essa Faal sera biaisé et politisé ».

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...