Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : l’ONU devrait mettre fin au statut de réfugié pour les Ivoiriens
cote divoire lonu devrait mettre fin statut réfugié ivoiriens - TribuneOuest

Les Nations unies devraient, d’ici 2022, mettre fin au statut de réfugié pour les 300 000 ressortissants ivoiriens qui avaient fui le pays pendant la crise politique et les violences post-électorales de 2011.

Mardi 7 septembre 2021, le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) qui estime que « beaucoup d’entre eux n’ont plus besoin de protection internationale », a annoncé qu’une grande partie des réfugiés politiques ivoiriens dans les pays voisins ne bénéficieraient plus de leur statut.

Un pays estimé à nouveau en sécurité

Cette décision des Nations unies intervient après une réunion de deux jours à Abidjan entre les gouvernements de Côte d’Ivoire et ceux des pays voisins, comme le Liberia, qui avaient accueilli beaucoup de réfugiés ivoiriens.

D’après le HCR, 287 000 réfugiés sont rentrés dans leur pays depuis 2011, soit 92 % de ceux qui avaient fui dans les pays voisins.

« Sur la base d’une analyse approfondie de la situation en Côte d’Ivoire, le HCR estime que les circonstances dans lesquelles de nombreux ivoiriens ont fui leur pays en tant que réfugiés ont cessé d’exister et que beaucoup d’entre eux n’ont plus besoin de protection internationale », a déclaré le haut-commissaire assistant chargé des opérations du HCR, Raouf Mazou.

« 51 000 personnes sont toujours réfugiées et demandeuses d’asile dans la région, principalement au Ghana, au Liberia, en Guinée, au mali, en Mauritanie et au Togo », selon nos confrères du Monde. « Ceux qui se considèrent toujours en danger en cas de retour peuvent demander une procédure d’exemption pour rester sous la protection du HCR », précise l’agence onusienne dans un communiqué. Selon le HCR, 60 % des réfugiés interrogés souhaitent rentrer chez eux et seulement 10 % désireraient rester dans leur pays d’accueil.

300 000 ivoiriens avaient fui leur pays à cause de la crise politique de 2010-2011 particulièrement violente. L’ancien président Laurent Gbagbo n’avait pas voulu reconnaître sa défaite présidentielle face à l’actuel chef d’État, Alassane Ouattara.

Le retour rapide de ces ivoiriens dans leur pays est un enjeu majeur pour le gouvernement qui souhaite la réconciliation nationale. Les Nations unies recommandent l’application de cette décision le 30 juin 2022.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lors d’une réunion extraordinaire du comité central du FPI,  élargie aux élus EDS, lundi 9 août 2021 à Abidjan, Laurent Gbagbo a proposé de « laisser l'enveloppe (le FPI) vide  à Affi N'guessan, pour créer un nouveau parti politique. « Nous sommes le Front Populaire Ivoirien. (...) Aujourd’hui, je suis revenu de...
Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a affirmé qu’au moins 480 civils avaient été tués dans des attaques terroristes djihadistes au Burkina Faso entre mai et août, et qu’elles ont fait au moins 275 000 déplacés. Le Conseil norvégien pour les réfugiés, s’alarme dans un communiqué datant du lundi...
Un vent de renouveau souffle sur la sphère politique ivoirienne. Le 15 septembre, au cours d’une réunion au palais présidentiel, Alassane Ouattara confirmait son intention de refondre son parti politique, le RHDP. Une décision lourde de conséquences pour ses membres. Alassane Ouattara frappe du poing Depuis le début du mois...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...