Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Guinée : le chef des putschistes tente de rassurer après la capture du président Alpha Condé
guinee chef putschistes tente rassurer apres capture president alpha conde - TribuneOuest

Le lieutenant-colonel Mamady- Doumbouya, chef des putschistes en Guinée, a tenté de rassurer les partenaires et investisseurs étrangers ce lundi 6 septembre 2021, en promettant la mise en place d’un « gouvernement d’union nationale », dans l’optique de faciliter la « transition » politique que vit actuellement le pays.

Après le coup d’État leur ayant donné le pouvoir, les nouveaux maîtres de Conakry ont déclaré, ce dimanche 5 septembre, avoir capturé le président guinéen Alpha Condé. Le lendemain, le chef des putschistes, le lieutenant-colonel Mamady- Doumbouya, a promis qu’ils tiendraient leurs engagements.

Lors d’un discours, il a en effet déclaré que le comité mis en place par les putschistes « assure les partenaires économiques et financiers de la poursuite normale des activités dans le pays ». Face aux compagnies minières à qui il demande de continuer leurs activités, il a affirmé qu’il « respectera toutes ses obligations ».

Le lieutenant-colonel a notamment promis la mise en place d’un « gouvernement d’union politique », qui devrait conduire une période de « transition » politique – sans préciser la durée de cette transition. Il a également affirmé qu’il n’y aurait pas de « chasse aux sorcières » contre l’ancien pouvoir – face aux anciens ministres et présidents des grandes institutions, sommés d’être présents à ce discours, sous peine d’être considérés en état de « rébellion ».

Un coup d’État condamné internationalement

Le coup d’État a été unanimement condamné par la communauté internationale. Il s’inscrit dans l’histoire mouvementée du pays dirigé depuis son indépendance en 1958 par des régimes dictatoriaux et autoritaires. Malgré les actions violentes des forces armées, le putsch de dimanche matin n’a fait officiellement aucun mort, malgré l’utilisation massive d’armes à feu dans le centre de Conakry.

Ce lundi 6 septembre, au matin, la capitale s’est réveillée sous un couvre-feu, les militaires avaient installé des barrages contrôlés par des forces spéciales et des soldats interdisaient l’accès au palais présidentiel.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les 49 soldats ivoiriens détenus à Bamako ont été inculpés pour « tentative d’atteinte à la sûreté de l’État ». On espérait la libération des 49 Ivoiriens soupçonnés d’être des mercenaires. La Côte d’Ivoire était optimiste pensant avoir « privilégié le dialogue » pour espérer obtenir un « dénouement heureux ». Cependant le 14 août, « les 49 militaires ivoiriens [avaient] été inculpés...
Lundi, le dernier détachement militaire a quitté le camp de Gao Le 15 août. Lundi 15 août, « le dernier détachement de la force “Barkhane” présent sur le sol malien a franchi la frontière entre le Mali et le Niger » a annoncé l’état-major des armées. Présents depuis 2013, les soldats français avaient été...
Le président Julius Mada Bio accuse l’opposition d’avoir voulu renverser le gouvernement après que quatre membres des forces de sécurité et des civils aient été tués lors de récentes manifestations. Julius Madda Bio, le chef d’État sierra-léonais a affirmé vendredi 12 août 2022, que « les émeutes meurtrières survenues mercredis visaient...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...