Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : des djihadistes en reddition, un peuple dans le doute
nigeria djihadistes reddition peuple dans doute - TribuneOuest

Au Nigeria, plusieurs dizaines de membres du groupe djihadiste Boko Haram et leurs familles ont récemment annoncé leur reddition face au peuple. Mais les habitants jusque là maltraités par ces terroristes restent sur leurs gardes…

 

La diffusion d’images de dizaines de djihadistes de Boko Haram, et de leurs familles, se rendant en août 2021 à l’armée dans l’État de Borno (nord-est), a suscité un vif débat au Nigeria. Certains de ces djihadistes n’hésitaient pas à brandir des pancartes demandant pardon aux Nigérians. Mais la stratégie de guerre menée par Abuja face à ces insurgés ne fait pas l’unanimité.

Le Nigeria a notamment mis en place le « Safe Corridor », un programme visant à réhabiliter d’anciens djihadistes et les inciter à rendre les armes, contre une forme de pardon. De nombreux habitants craignent donc que les djihadistes réintègrent la société : « Nous devons choisir entre une guerre sans fin ou accepter prudemment des terroristes qui se sont rendus, ce qui est vraiment douloureux et difficile pour tous ceux qui ont perdus des êtres chers », a déclaré Babanaga Umara Zulum, le gouverneur de l’État.

Pour les habitants, « réhabiliter ces terroristes, leur donner une certaine somme d’argent pour recommencer leur vie », est une décision critiquables, quand, eux, diplômés et honnêtes, ne se sentent pas reconnus par leur gouvernement. « Vous ne pouvez pas tuer mon père, tuer ma mère, tuer mon frère, et ensuite entendre le gouvernement dire on vous pardonne et vous pourrez venir vous réinstaller dans la ville. Vous ne pouvez pas réhabiliter un terroriste en seulement six mois ».

Succès de l’armée du Niger ou avancée de l’Iswap ?

Ce conflit contre Boko Haram a commencé en 2009, et a fait plus de 40 000 morts et plus de 2 millions de déplacés. Selon l’armée nigériane, ce sont les actions militaires menées contre ces djihadistes qui ont poussé certains d’entre eux à la rédemption. Environ 1 000 repentis et les membres de leurs familles, seraient devenus la preuve du succès de l’armée nigériane.

« Nous progressons et nous obtenons des résultats, et si nous continuons, et nous devrions le faire, nous pourrions conclure cet épisode dans le Nord-Est », a notamment déclaré le lieutenant-général Farouk Yahaya. « Nous appelons les autres djihadistes qui se cachent dans la brousse à se rendre et à déposer les armes comme leurs collègues ».

Mais, selon d’autres analystes, comme Vincent Foucher, chercheur au CNRS (le Centre National de Recherche Scientifique en France), c’est surtout parce que Boko Haram a perdu le plus grand nombre de ses effectifs dans les luttes contre des djihadistes rivaux, membres du groupe État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap), que ces 1 000 combattants ont décidé de déserter.

Il rappelle notamment qu’Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, est mort en mai 2021, lors d’affrontements avec l’Iswap, permettant à ce dernier groupe de consolider ses territoires au Nord-Est. Selon des sources sécuritaires, les chefs de l’Iswap tuent régulièrement des factions de Boko Haram et et offrent à ceux qui restent de rejoindre leurs groupes.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Une fusion des groupes indépendantistes qui composent la Coordination des mouvements de l'Azawad pourrait se créé début février. Le djihadiste Iyad Ag-Ghaly a en effet secrètement rencontré certaines personnalités d'autres groupes armées dans le nord du Mali. Des rencontres confidentielles ont eu lieu dans la région de Kidal entre Iyad...
Apollinaire Joachim Kyelem de Tambela, le premier ministre du Burkina Faso, a été reçu ce mercredi 1er février 2023 à Bamako, au Mali. Une manière pour ces deux pays de renforcer leur entente. Mercredi, le premier ministre burkinabè a été reçu à Bamako par le Président de la Transition malienne,...
Les Nations unies sont inquiètes du trafic de faux médicaments dans plusieurs pays du Sahel. En effet, entre 19% et 50% des molécules qui circulent en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad, sont de moins bonnes qualité que la norme, voire falsifiées. Selon un rapport...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32