Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : condamnation à vingt ans de prison de deux djihadistes prison

Les deux membres du groupe armé Ansaroul Islam étaient jugés après avoir attaqué une école primaire dans le nord du pays. 

Le procès a fait grand bruit. Le mardi 10 août, deux djihadistes qui avait attaqué une école du nord du pays ont été condamné à vingt ans de prison. La chambre correctionnelle du pôle judiciaire spécialisé dans la répression des actes de terrorisme a instruit dix dossiers qui vont être jugés d’ici au 13 août.

Les deux inculpés sont âgés de 38 et 29 ans et se présentent comme cultivateur et éleveur. Ils ont été jugés pour « association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste », « détention illégale d’armes et de munitions de guerre », « complicité de terrorisme » et « destruction volontaire de biens ». Selon le parquet, plutôt que cultivateur et éleveur, ce sont bien des « membres combattants » du groupe armé Ansaroul Islam qui ont été jugés. Ils ont attaqué et incendié l’école primaire de Bafina, localité située dans la province du Sanmatenga (région du Centre-Nord), le 2 mai 2018. Après avoir incendié l’école, et accompagnés de quatre autres personnes, ils avaient aussi incendié le domicile du directeur de l’école et volé deux motos.

Les accusés ont reconnu les faits. Ils devaient se rendre à Bafina pour attaquer le groupe d’autodéfense du village. Ils ont également décidé de prendre pour cible l’école primaire et les enseignants « parce que les enseignements qui y sont donnés sont contraires aux dispositions de la charia » prônée par le groupe islamiste Ansaroul Islam. Les djihadistes ont été condamnés à une peine d’emprisonnement de vingt ans, dont quinze ans de sûreté. Ils sont également condamnés à payer des dommages et intérêts de 4 millions de francs CFA (environ 6 000 euros).

Le groupe dont les deux terroristes se réclament est Ansaroul Islam créé en 2016 par Ibrahim Malam, un prêcheur originaire de la province du Soum (région du Sahel). Ce groupe a revendiqué plusieurs attaques contre l’armée burkinabée.

Dorénavant affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Ansaroul  a  tué dimanche douze soldats et en a blessé huit dans une attaque dans le nord-ouest du Burkina Faso, près de la frontière du Mali, selon les informations données par le gouvernement.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lors d’une réunion extraordinaire du comité central du FPI,  élargie aux élus EDS, lundi 9 août 2021 à Abidjan, Laurent Gbagbo a proposé de « laisser l'enveloppe (le FPI) vide  à Affi N'guessan, pour créer un nouveau parti politique. « Nous sommes le Front Populaire Ivoirien. (...) Aujourd’hui, je suis revenu de...
Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a affirmé qu’au moins 480 civils avaient été tués dans des attaques terroristes djihadistes au Burkina Faso entre mai et août, et qu’elles ont fait au moins 275 000 déplacés. Le Conseil norvégien pour les réfugiés, s’alarme dans un communiqué datant du lundi...
Un vent de renouveau souffle sur la sphère politique ivoirienne. Le 15 septembre, au cours d’une réunion au palais présidentiel, Alassane Ouattara confirmait son intention de refondre son parti politique, le RHDP. Une décision lourde de conséquences pour ses membres. Alassane Ouattara frappe du poing Depuis le début du mois...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...