Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : Une jeune fille kidnappée il y a sept ans retrouve sa famille
nigeria jeune fille kidnappee sept ans retrouve famille - TribuneOuest

Une jeune Nigériane a retrouvé sa famille sept ans après avoir été enlevée par des djihadistes de Boko Haram armés dans son collège de Chibok, dans le Nord-Est du Nigéria. Un véritable espoir pour les familles dont les enfants sont toujours portés disparus, et pour les habitants des régions ciblées, plongées depuis plusieurs années dans la peur constante du terrorisme. Depuis le début de la rébellion du groupe islamiste radical Boko Haram en 2009, le conflit qui s’est étendu, a fait plus de 36 000 morts et trois millions d’exilés, selon l’ONU.

 

C’était le 14 avril 2014. Dans le collège de Chibok, dans l’État de Borno, une groupe d’une centaine d’hommes armés (des djihadistes du groupe Boko Haram, qui signifie « l’éducation occidentale est un péché ») s’introduit dans les couloirs. Ils enlèvent 276 jeunes filles, âgées de 12 à 17 ans.

Sept ans plus tard, le 28 juillet, l’une d’entre elles s’est présentée auprès de l’armée nigériane, accompagnée de son mari. Elle s’appelle Ruth Ngladar Pogu.

C’est Babagana Umara Zulum, le gouverneur de l’État de Borno qui, dans un communiqué, a annoncé la bonne nouvelle pour cette jeune fille. « Je connais le sentiment des familles de celles qui sont encore en captivité, mais nous devons garder espoir, surtout après le développement d’aujourd’hui » a-t-il déclaré.

 

Sept ans d’attente et d’indignation

 

Après le rapt de ces jeunes filles, une vague d’indignation a déferlé sur tout le pays, puis à échelle internationale. Le hashtag BringBackOurGirls avait été créé pour appeler à leur libération et la majorité a fini par être relâchée au fil des ans et ramenée à leurs familles par l’armée. Mais une centaine d’entre elles est toujours portée disparue, selon Amnesty International.

De nombreux autres enlèvements de masse se sont produits depuis Chibok et les rapts continuent de se produire dans le Nord du Nigeria. Depuis décembre 2020, environ 1 000 élèves ont été enlevés principalement dans le Nord-Ouest et le centre du pays. La plupart ont été relâchés, mais beaucoup sont encore retenus. Certains établissements scolaires de ces régions ont même du fermer leurs portes.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...